La deuxième des quatre bêtes de Daniel


Maintenant, il reste à savoir laquelle des quatre bêtes a été deux fois. Daniel
a écrit :

« Et voici une autre bête, une deuxième, semblable à un ours. Elle était
penchée sur un côté, et il y avait trois côtes dans sa gueule, entre ses
dents. Voici ce qu’on lui disait :’Lève-toi, et mange beaucoup de chair’ ! »
Daniel 7:5.

Le fait que cet ours soit penché sur un côté pourrait symboliser le
déséquilibre qui existait au sein de la double puissance Médo-Perse.

Les trois côtes entre les dents de l’ours ne sont pas sans signification. S’ils
avaient représenté de simples nations, ou peuples, ils n’auraient
probablement pas été signalés, car toutes ces puissances avaient vaincu un
nombre très important de nations. Donc, les trois côtes doivent représenter
trois autres bêtes.

Or aucune des trois premières bêtes n’aurait pu avoir trois côtes dans sa
gueule. Grèce et Rome dominèrent sur un nombre de grandes puissances
supérieur à trois. Seul l’empire Médo-Perse, la quatrième puissance,
remplissait les conditions pour être cet ours. D’autre part, l’empire Médo-
Perse, la première des quatre bêtes est la seule, selon Daniel, à connaître une
métamorphose, donc à exister sous deux formes : une forme bestiale et une
forme humaine en agissant en faveur du peuple de Dieu. L’empire Médo-
Perse a probablement été représenté plus d’une fois, pour satisfaire au chiffre
sept.