Les évangiles annonçaient-ils la venue de Mahomet ?

Selon le Coran, Jésus aurait déclaré : « Je suis l’apôtre de Dieu (…) Je
viens confirmer le livre qui m’a précédé, et vous annoncer la venue du
prophète qui me suivra, et dont le nom est Ahmed… » Sourate 61:6.

Evidemment, on ne trouve pas ce texte dans les évangiles, écrits bien avant
le Coran. Ce verset s’est référé principalement à Jean 14:16, 17 où Jésus
déclara à ses disciples :

« Et moi, je solliciterai le Père et Il vous donnera un autre assistant
pour être pour toujours avec vous ; l’esprit de vérité que le monde ne
peut le recevoir, parce qu’il ne peut ni le voir, ni le connaître. Mais vous,
vous le connaissez, parce qu’il demeure avec vous, et qu’il est en vous. »

Selon les chrétiens, ce « consolateur » ou « assistant » ne pouvait pas être
Mahomet, car il avait commencé à être avec les disciples du Christ plus de
550 ans avant la venue de leur prophète et qu’il devait être avec eux pour
toujours. Jésus dit encore que le monde ne peut voir ce consolateur. Donc
pour eux, il s’agissait de l’Esprit Saint.

En réalité les musulmans se basent sur la signification du mot grec
« Periklytos » qu’aurait utilisé Jésus pour traduire celui qui viendra. Et la
signification grecque de « Periklytos » est le « Bien-aimé » ou le « loué ».
Traduit en arabe, cela donne « Ahmed » ; qui est le pseudonyme de
Mahomet. De ce fait, selon les musulmans, Jésus annonçait la venue de leur
prophète.

Mais là où il y a un problème, c’est que les chrétiens eux, mettent
« Parakletos » qui signifie « celui qui loue », « celui qui parle en faveur de ».
Voilà pourquoi certaines bibles le traduisent par « avocat » ; « défenseur » ;
« intercesseur » et d’autres par « assistant ».

Jésus laissait entendre, dans d’autres versets, que l’Esprit Saint était synonyme
de l’aide que les disciples allaient recevoir pour la compréhension et le
rappel de tout ce qu’Il leur avait enseigné. Certes, il leur parlait en araméen
et non en grec. Mais ce n’est pas la prononciation du mot « Ahmed » que les
musulmans revendiquent, mais sa signification. Alors ils crient à la
falsification des textes. Qui a raison ? Qui a tort ?

Contrairement à la langue hébraïque et arabe, qui ne s’écrivaient à l’origine
qu’avec des consonnes, et où il fallait choisir les bonnes voyelles pour avoir
la bonne prononciation, le Grec lui, a toujours utilisé des voyelles. Donc, si
quelqu’un se trompe en mettant « Parakletos » au lieu de « Periklytos », c’est
qu’il l’a fait volontairement.

Est-ce que les chrétiens ont pu agir ainsi pour cacher que Jésus avait annoncé
la venue de Mahomet ? Je n’en suis pas sûr, cela pour deux raisons. La
première, c’est que dans les manuscrits les plus anciens, comme le « Codex
SINAITICUS » qui date environ de 300 ans avant le Coran, c’est
« Parakletos » qui y figure et non « Periklytos ».

Le second point, c’est qu’en lisant d’autres textes, comme Jean 16:7, Jean
16:13, Jean 14:26, Jean 15:26, on se rend effectivement compte que Jésus
nomma clairement l’Esprit Saint. Il dit en Jean 14:26 :

« Mais l’assistant (Parakletos) ; l’Esprit Saint, que le Père enverra en
mon nom, celui-là vous enseignera toutes choses, et vous rappellera
toutes les choses que je vous ai dites. »

Comment le texte qui appuie cette idée, c’est-à-dire sourate 61:6, ait pu se
trouver dans un livre censé être écrit par Dieu ? J’en suis venu à me
demander si les auteurs ne s’étaient pas référés à l’évangile de Jean avant
d’écrire ce texte. Pourquoi Allah aurait eu besoin de saisir la moindre
occasion qu’offre la Bible pour prouver que Mahomet était un prophète et
que le Coran est bien la parole de Dieu ?

Serait-Il incapable de lui donner des prophéties, au lieu de se perdre dans des
polémiques futiles et stériles ? Pourquoi passerait-Il par des discours, comme
celui de sourate 81: verset 22 à 25, pour prouver que Mahomet a bel et bien
vu l’ange Gabriel ?

L’humanité pourrait avoir affaire au plus grand mensonge impliquant le plus
grand nombre de gens de toute son histoire. Jésus avait prophétisé qu’il
viendrait de faux prophètes qui égareraient beaucoup de gens.