L'amour, la base du message du médiateur de la Nouvelle Alliance

Les anges qui apparurent aux bergers à la naissance du Christ rendirent
témoignage d’un nouvel ordre de paix pour les serviteurs de Dieu en
proclamant : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre
parmi les hommes qu’il agrée. »

Paul déclara : « Et si je parle dans les langues des hommes et des
anges, mais que je n’aie pas l’amour, je suis devenu un morceau de
bronze qui résonne ou une cymbale qui retentit.

« Et si j’ai le don de prophétie et que je connaisse tous les saints
secrets et toute la connaissance, et si j’ai toute la foi de manière à
transporter des montagnes, mais que je n’aie pas l’amour, je ne suis
rien. Et si je donne tous mes biens pour nourrir les autres, et si je
livre mon corps pour me glorifier, mais que je n’aie pas l’amour, cela
ne me sert à rien (…) etc. »

Le Diable, lui, ne parle pas d’amour, en revanche, il nous fera croire que
l’homme ne peut servir pleinement Dieu sans faire la guerre et commettre de
grands massacres. Jésus prophétisa en Matthieu 16:2 : « L’heure vient où
quiconque vous fera mourir croira rendre à Dieu un culte ».

Cette prophétie du Christ montre que l’encouragement à tuer dans le cadre
de la religion, ne vient pas de Dieu, mais du Diable. En effet, ils croiront lui
rendre un culte, nous dit Jésus, mais ce ne sera pas le cas. Jean, le rédacteur
du livre de l’Apocalypse, a écrit :

« … Car voici le message que vous avez entendu dès le commencement :
que nous nous aimions les uns les autres ; non pas à la manière de Caïn
qui égorgea son frère (…) « Quiconque hait son frère est un criminel. Et
vous savez qu’aucun criminel n’a en lui la vie éternelle » I Jean 3 : 15.
« Celui qui n’aime pas n’a pas appris à connaître Dieu, car Dieu est
amour. » I jean 4:8.

Des récits difficiles à croire

Ecoutez ces paroles trouvées dans des hadiths (Bokhari et Muslim) :

« La nuit dernière un 'ifrit parmi les djinns apparut soudain devant moi
et tenta d'interrompre ma prière, mais Allah m'accorda de le dominer.
Je voulus l'attacher à un pilier de la mosquée afin que vous puissiez tous
le voir au matin, mais je me rappelai alors les paroles de mon frère
Souleymane… »

Comment des humains peuvent croire à de telles paroles ? Mahomet pouvait
tout au plus rencontrer un homme ou une femme démonisée. J’ai
l’impression qu’il donnait parfois libre cours à son imagination pour
impressionner ses contemporains. Comme par hasard, il a une fois de plus
raté une occasion de faire taire les mauvaises langues et de prouver qu’il était
un envoyé de Dieu en attachant le démon à un pilier de la mosquée jusqu’au
matin. Il racontait aux gens ce qu’ils étaient incapables de vérifier.

Le récit selon lequel il était monté au ciel chevauchant un âne, avant de
converser avec plusieurs personnages bibliques (Adam, Jean, Joseph, Enoch,
Aaron, Moïse, Abraham), ressemble aussi à un mythe, au mieux, à un rêve.
Ces personnes, selon Jésus, attendent dans la mort le jour de leur
résurrection. Il en est de même de son voyage de la Mecque à la Mosquée
d’Al-Aqsa sur le même animal. Sourate 17 : 1 en parle en ces termes :

« Gloire et Pureté à Celui qui de nuit, fit voyager Son serviteur
[Mu h ammad], de la Mosquée Al-? aram à la Mosquée Al-Aq ? a dont Nous
avons béni l’alentour, afin de lui faire voir certaines de Nos merveilles.
C’est Lui, vraiment, qui est l’Audient, le Clairvoyant »

Dans AL-SÎRA de Mahmoud Hussein page 455, 456 on lit :

« Le messager de Dieu dit :
- J’ai été transporté la nuit dernière.
Ils demandèrent :
- Où
- À Jérusalem
- Et tu te retrouves parmi nous ce matin ?
- Oui.

Certains applaudirent, d’autres sifflèrent et d’autres encore mirent les
mains sur la tête en signe d’étonnement. Quelques-uns d’entre eux
étaient allés à Jérusalem. Ils demandèrent :
- Peux-tu nous décrire la Mosquée ?
Le messager de Dieu décrivit en détail la Mosquée. Ils dirent :
- Par Dieu, la description est exacte.
La nouvelle se répandit parmi les musulmans… »

Y avait-il une faible probabilité que tout cela fût vrai ? Non, car la
construction de la Mosquée d’Al-Aqsa débuta après la mort de Mahomet,
sous le deuxième calife, Omar ibn Al-Khattâb en 679. Cette histoire fut
inventée plus tard par des gens qui n’ont pas tenu compte de la chronologie.
Le Coran est une invention humaine.

On ne sait pas si ce passage du Coran a été inspiré des hadiths ou l’inverse.
En tout cas, Mahomet n’aurait pas pu le faire écrire de son vivant. L’écriture
du Coran s’est poursuivie probablement bien après la mort de Mahomet.
Comme certains le pensent.


sourate de l’éléphant


Il en va de même de la sourate de l’éléphant, où on lit :



« N’as-tu pas vu comment ton seigneur a agi envers les gens de
l’éléphant (…) N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine, et
envoyé sur eux des oiseaux par volée, qui leur lançaient des pierres
d’argile ? » Sourate 105:1 à 4.

Ce texte rejoint, l’histoire que racontent des hadiths, celle selon laquelle le
roi d’Abyssinie, (Abraha) assis sur son éléphant, partit avec son armée dans le
but de détruire la Kaaba. Alors Allah aurait utilisé des oiseaux pour
l’anéantir, lui et son armée avant qu’ils n’entrèrent à la Mecque. Chaque
oiseau aurait transporté trois cailloux un à chaque patte et un dans le bec. Et
sur chaque caillou serait inscrit le nom d’un soldat d’Abraha. Le Coran
n’aurait jamais pu entrer dans le canon biblique à cause de ses récits
fantastiques.

Est-ce le Coran qui a influencé ce hadith ou l’inverse ? Généralement, on se
sert des hadiths pour mieux comprendre le Coran. On serait donc porté à
croire que c’est plutôt le Coran qui a été contaminé plus tard par ces récits,
qui servaient en réalité à prouver que Dieu soutenait le culte idolâtrique qui
se pratiquait à la Mecque, puisqu’Il aurait pris position en leur faveur en
détruisant une armée chrétienne. On se demande pourquoi Dieu n’avait pas
agi ainsi pour éviter la destruction de son temple par les romains en l’an 70 ?

Cette histoire ressemble à celle de Bahram, le persan, ou Vahram, chef
d’état-major et ministre de la guerre des Sassanides. Après la déposition
d’Hormizd IV par les nobles, qui mirent Khosrô II, son fils, comme son
successeur, Bahram s’opposa à ce fils et l’obligea à s’exiler chez les byzantins
après une défaite.

Mais le règne de Bahram VI ne dura qu’une année. De nombreuses provinces
de son empire refusèrent de s’allier avec lui. Il envoya une lettre aux
arméniens pour qu’ils s’engageassent à son côté contre les byzantins. Mais
étant eux-mêmes chrétiens ils refusèrent.

Bahram leur envoya une seconde lettre, mais menaçante, disant que s’ils
persistaient il viendrait, lui-même, monté sur son éléphant à la tête de son
armée pour s’emparer de leur territoire. En réponse à cette menace, les
arméniens déclarèrent que Dieu détruirait son armée et enverrait des oiseaux
pour manger leur chair. Ces lettres existeraient encore en Arménie. On ne
parlait pas d’oiseaux jetant des pierres. On se rend compte à quel point le
Coran était perméable à toutes sortes d’histoires issues de bouche à oreille.

Du temps de Bahram VI (590-591) Mahomet devait avoir 21 ans. Il pouvait
effectivement raconter la vraie histoire à ses contemporains. Mais comme
souvent, les faits ont dû subir de sérieuses transformations avant d’arriver
dans les pages du Coran. Ce serait faire offense au Créateur que de croire
qu’il ait pu se servir d’un ange pour dicter ces paroles à Mahomet.

On lit dans Wikipédia : « Cependant de nombreuses provinces
Occidentale de l’empire se soulèvent, particulièrement l’Arménie, où le
sparapet (commandant du chef des armées), marzban, rejettent son
offre d’alliance, se révoltent contre le pouvoir de Bahram VI en faveur
de Khosrô II. »

Bahram VI trouva refuge auprès des tribus turques où il fut assassiné. Sa
menace n’a jamais été mise à exécution. Aucun historien n’a fait mention
d’une armée qui serait détruite par des volées d’oiseaux. Les hadiths
possèdent un très grand pouvoir de déformation. Bahram devint Abraha roi
d’Abyssinie, et les mecquois prirent la place des arméniens. Des hadiths
jusqu’au Coran, le chemin est parfois très court.

Si ces récits sont vrais ; ce qui me parait improbable, si le message pacifique
du Christ n’est plus valable, ainsi que les prophéties de l’apocalypse qui
continuent pourtant de se vérifier, si tous les livres des prophètes sont à
rejeter au profit du Coran, alors heureux sont les musulmans. Mais je crains
qu’ils aient été trompés, afin que s’accomplissent encore une fois les
prophéties bibliques.


Dhûl-Qarnayn


« Et quand il eut atteint le couchant, il trouva que le Soleil se couchait
dans une étendue boueuse, et auprès de cette source se trouva une
peuplade [impie]. Nous dîmes : Ô Dhûl-Qarnayn ! Ou tu les châties, ou tu
uses de bienveillance à leur égard. »

Peut-on imputer ces paroles au Créateur ? Ce conquérant pouvait-il Lui
parler aussi intimement que le prétend le Coran ? L’auteur nous a décrit un
Dieu hésitant, qui ne savait pas si cette peuplade méritait ou non d’être
châtiée, au point de laisser une telle décision à Dûl-Qarnayn. On peut lire
dans Wikipédia à son sujet :

« Une version syriaque (…) vers 515 insiste sur le voyage au pays des
ombres et la construction de la muraille – ou « mur d’airain » destiné à
contenir les assauts de Gog et Magog, récit que l’on retrouve en sourate
18. »

Des défenseurs du livre sacré des musulmans prétendent que Dieu ne fit que
citer ce que Dhûl-Qarnayn avait cru voir. Mais Dhûl-Qarnayn avait-il chargé
Dieu de transmettre mot pour mot son impression visuelle aux générations
futures ? Non. Dans ce cas, pourquoi Dieu ne précisa-t-Il pas clairement ce
que ce conquérant s’imaginait voir ? Ou mieux encore, pourquoi ne fit-Il pas
la lumière sur cette zone d’ombre au lieu de se mettre à propager cette
illusion comme s’il s’agissait d’un fait véridique ?

Pourquoi Dieu ne se rendit-Il pas compte que son prophète et ses scribes
avaient mal compris son récit ? Pourquoi ne le leur signala-t-Il pas ? Pourquoi
Dieu aurait-Il contribué à tromper des générations de musulmans en leur
laissant croire que cet astre pouvait se coucher dans une source boueuse sur
terre ? Dieu est-Il un si mauvais narrateur ? Sans les avancées en astronomie,
certains musulmans auraient continué de croire à cette histoire au nom d’un
Coran infaillible descendu du ciel.

Si Dieu possédait un exemplaire du Coran, il devrait contenir ce malentendu.
Par ailleurs, l’impression visuelle d’un Soleil qui se coucherait dans une
étendue boueuse n’aurait été possible que s’il s’était agi d’un vaste étendu
suffisamment éloigné de l’observateur ; mais pas dans un endroit auprès
duquel vivrait une peuplade. À l’évidence, l’auteur parlait bien d’un
marécage.

Jusqu’à quel point la corde du mensonge pourra-t-elle se distendre sans finir
par se rompre ? Compte tenu de l’ampleur de la religion qu’il a fondée, et
de la réussite de son enseignement, Mahomet pourrait être à l’origine de la
plus grande duperie par un seul homme de toute l’histoire humaine.