Un gardien de prison en détresse, prêt à se jeter sur son épée, reçut par la bouche de l'apôtre Paul ce message pressant :  "Crois au Seigneur Jésus, et tu seras sauvé...". Il croit Dieu (pas seulement en Dieu), et se réjouit avec toute sa maison (Act. 16.31-34). Croire en celui qui a été livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification (Rom. 4.24-25), apporte la paix avec Dieu. Ceux qui croient, reçoivent cette assurance dans leurs cœurs, qu'ils ne sont plus coupables, mais justes devant Dieu. Ils acceptent pour eux-mêmes que toute leur propre volonté, indépendante de Dieu, a été mise de côté par la mort du Seigneur Jésus. Ils ne vivent "plus pour eux-mêmes mais pour celui qui pour eux est mort et a été ressuscité" (2 Cor. 5.15).

La vie qu'ils ont reçue est une vie de vraie liberté, en communion avec Dieu. Libérés des chaînes du péché, ils sont :  "remplis de l'Esprit de Dieu", c'est-à-dire :  habités par l'Esprit de Dieu et sous son contrôle. Par ce même Esprit, ils crient :  "Abba, Père" (un peu comme "papa") (Eph. 5.18 ; Rom. 8.15) ! Ils s'adressent à Dieu qu'ils connaissent comme Père, dans l'intimité de la relation d'enfant de Dieu. Ils sont invités à Lui demander au nom du Seigneur Jésus "toutes les choses", car "le Père lui-même vous aime" (Jean 16.23-26), et Lui, il répondra.

Dieu le Père désire recevoir quelque chose de son enfant :  "Il cherche des adorateurs" (Jean 4.23-24). Adorer Dieu, adorer le Père, c'est reconnaître sa grandeur insondable en se prosternant devant Lui. Son enfant le fait littéralement lorsqu'il se met à genoux pour s'adresser à Lui. Avant tout il se prosterne devant son Père de tout son cœur.

Mais adorer le Père, c'est aussi lui parler de la personne merveilleuse de son Fils. "Le Père aime le Fils" (Jean 5.20) et il aime que son enfant lui parle de son Fils. Dieu l'invite à croire "dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ" (2 Pi. 3.18). Il dit de ce Fils :  "Voici mon serviteur que j'ai élu (choisi), mon bien-aimé, en qui mon âme a trouvé son plaisir..." (Matt. 12.18).

Méditons sur la beauté du Seigneur Jésus ! Prophétiquement, David disait de lui :  "Tu es plus beau que les fils des hommes ; la grâce est répandue sur tes lèvres" (Ps. 45.2). Lorsque Jésus était sur la terre, "tous s'étonnaient des paroles de grâce qui sortaient de sa bouche..." (Luc 4.22).

Chaque croyant a entendu Sa voix lui dire :  "Tes péchés sont pardonnés... Ta foi t'a sauvé, va t'en en paix". Maintenant, au ciel, il est "couronné de gloire et d'honneur" (Héb. 2.9). Quelle Personne adorable ! Notre méditation du Bien-Aimé se fondra alors en adoration au Fils de Dieu, en adoration au Père !

AUTEUR :  Luc Favarger

(texte extrait de la rubrique "Adorons", de la revue chrétienne "L'Étoile du Matin", octobre novembre décembre 2000)