adoration #23 - L’enseignement du Nouveau Testament sur le Role de la Femme dans l’assemblée #7



1 TIMOTHÉE 2.1-12



1 Timothée 2 peut ne pas avoir été considéré comme un contexte manifeste d’assemblée. Néanmoins il y a quelques indications précises en faveur de cela, tel le cadre pour les instructions ici. Nous attirons l’attention sur deux d’entre elles. Élever les mains (1 Timothée 2.8) était la position pour la prière publique dans la synagogue et l’Église primitive. De plus, le mot grec topos (lieu), parmi ses sens nombreux, était d’un usage technique parmi les Juifs pour le temple ou une synagogue, et cet usage s’est maintenu parmi les chrétiens en référence à des lieux de rassemblement pour l’Église.
Ainsi dans 1 Timothée 2.8 en panti topo se réfère à tout lieu de rassemblement de l’Église, correspondant à « toutes les Églises » dans 1 Corinthiens 14.33. Dans ces assemblées, ce sont les hommes qui prient. À de tels moments les femmes ne sont pas autorisées à enseigner. La prohibition d’enseigner (1 Timothée 2.12) n’est pas absolue en toute situation. Ailleurs dans les épîtres pastorales les femmes plus âgées ont l’ordre d’enseigner les jeunes femmes (Tite 2.3). Le principe opérant dans 1 Timothée 2 est qu’elle ne prenne pas autorité sur l’homme.
La réunion publique en assemblée de l’Église serait le lieu où le fait qu’elle enseigne violerait le principe de soumission (1 Timothée 2.11)
Nous devons aussi noter la différence dans l’emploi des deux mots grecs pour « homme » – anthropos (humanité) et anér (mâle). On trouve un exemple dans 1 Corinthiens 11. Dans la discussion sur le repas du Seigneur au verset 28, Paul dit : « Que chacun (anthropos) donc s’examine soi-même. » Le sens est clair que tous les chrétiens, hommes et femmes, doivent faire cet examen de soi. Pourtant, dans les versets 2-16 le terme anér est employé exclusivement, et le sens est clair qu’il s’agit d’hommes par contraste aux femmes.
Cette différence est également évidente dans 1 Timothée 2. Dans les versets 1-7, le mot traduit « hommes » est uniformément anthropos, et le sens est clair qu’il s’agit de toute l’humanité. Le verset 4 dit que Dieu « veut que tous les hommes (anthropos) soient sauvés ». Le verset 5 aussi emploie anthropos pour dire qu’il y a « un seul médiateur entre Dieu et les hommes, le Christ-Jésus homme ». Mais au verset 8, où l’expression en panti topo indique l’Église rassemblée, le mot pour « homme » est anér, indiquant ainsi le rôle de ceux du sexe masculin dans l’assemblée de l’Église. Les versets 9-12 discutent de la place des femmes dans l’assemblée. Ce sont les hommes, ceux du sexe masculin, qui doivent conduire les prières dans la même assemblée où les femmes doivent demeurer dans le silence.


www.sondezlesecritur.com