LA CONSTITUTION DU MONDE ET LA DISPOSITION DE SES ÉLÉMENTS



1. Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. Mais la terre n'était pas encore visible, mais était couverte d'une épaisse obscurité, et qu'un vent
soufflait  sur sa surface, Dieu ordonna qu'il y eût de la lumière : et quand cela fut fait, il considéra toute la masse, et sépara la lumière et les ténèbres ; et il donna à l'un le nom de Nuit, et il appela l'autre Jour. Et il nomma le commencement de la lumière et le temps du repos, Le Soir et Le Matin,
et c'était bien le premier jour.
Après cela, le deuxième jour, il plaça le ciel sur le monde entier, et l'a séparé des autres parties, et il a déterminé qu'il devrait se tenir debout par lui-même. Il a également placé un [firmament] cristallin
autour d'elle, et l'assembla d'une manière agréable à la terre, et adapté pour donner l'humidité et la pluie, et pour offrir l'avantage de la rosée.
Au troisieme jour il a désigné la terre sèche pour apparaître, avec la mer elle-même autour d'elle; et le même jour il fit jaillir les plantes et les graines de La terre. Le quatrième jour, il orna le ciel du soleil, de la lune et des autres étoiles, et leur assigna leurs mouvements et leur course, afin que
les vicissitudes des saisons puissent être clairement signifiées.
Et le cinquième jour, il produisit les êtres vivants, tant ceux qui nagent que ceux
qui volent ; les premiers dans la mer, les seconds dans les airs : il les a également triés selon leurs sociétés et leurs types, pour la procréation, et pour que leurs espèces
puissent augmenter et se multiplier.
Le sixième jour, il créa les bêtes à quatre pattes, et les fit mâle et femelle : le même jour, il forma aussi l'homme. C'est pourquoi Moïse dit : qu'en seulement six jours le monde, et tout ce qu'il contient, a été créé. Et que le septième jour était un repos et une libération du travail de telles opérations;
d'où le fait que nous célébrons un repos de nos travaux ce jour-là, et l'appelons le sabbat, mot qui désigne le repos dans la langue hébraïque.



2. De plus, Moïse, après que le septième jour fut dépassé, commence à parler philosophiquement ; et concernant la formation de l'homme, dit ainsi: Que Dieu a pris la poussière du
sol, et en forma l'homme, et inséra en lui un esprit et une âme. Cet homme s'appelait Adam, ce qui en hébreu signifie celui qui est rouge, parce qu'il a été formé de terre rouge, amalgamée ensemble; car de ce genre est la terre vierge et vraie. Dieu a aussi présenté les créatures vivantes, qu'il
a fait selon leurs espèces, mâles et femelles, à Adam, qui leur donna les noms par lesquels on les appelle encore. Mais quand il vit qu'Adam n'avait pas de compagne, pas de société humaine, car il n'y avait pas de telle créature hormis lui, et qu'il s'étonnait du fait que les autres animaux qui étaient mâles et femelles, il l'endormit, et ôta une de ses côtes, et en forma la femme; sur quoi Adam la connut lorsqu'elle lui fut amenée, et reconnut qu'elle avait été faite à partir de lui-même puis sortit
hors de lui-même. Or une femme s'appelle en langue hébraïque Issa ; mais le nom de cette femme était Eve, ce qui signifie la mère de tous les vivants.



3. Moïse dit plus loin que Dieu a planté un paradis à l'est, florissant avec toutes sortes d'arbres ; et que parmi eux se trouvait l'arbre de vie, et un autre de la connaissance, par laquelle devait être connu ce qui était bien et mal; et que lorsqu'il amena Adam et sa femme dans ce jardin, il leur ordonna de
prendre soin des plantes. Maintenant, le jardin était arrosé par une seule rivière, qui faisait le tour de toute la terre, et était divisée en quatre parties. Et Phison, qui désigne
une multitude, courant dans l'Inde, fait sa sortie dans la mer, et est par les Grecs appelée Gange. L'Euphrate aussi, ainsi que le Tigre, qui descendent dans la Mer Rouge.Maintenant, le nom Euphrate, ou Phrath, dénote soit une dispersion, soit une fleur : par Tiris, ou Diglath,  signifie ce qui est rapide, avec
étroitesse ; le Geon traverse l'Egypte, et dénote ce qui surgit de l'est, que les Grecs appellent Nil.



4. Dieu ordonna donc à Adam et à sa femme de manger de tout le reste des plantes, mais de s'abstenir de l'arbre de la connaissance ; et leurs prédit  que s'ils y touchaient, cela prouverait leur désobéissance et causerait leur destruction. Mais tandis que tous les êtres vivants avaient une seule langue, à cette époque le serpent, qui alors vécu avec Adam et sa femme, a montré une disposition envieuse envers eux, concernant leur vie heureuse, et dans leur obéissance aux commandements de Dieu;
et imaginant que s'ils leur désobéissaient, ils tomberaient dans des calamités, il persuada la femme, par une intention malveillante, de goûter de l'arbre de la connaissance, leur disant que dans cet arbre était la connaissance du bien et du mal ; connaissance qui les mèneraient, selon lui, à
une vie heureuse; voire, une vie non inférieure à celle d'un dieu : par ce moyen il a vaincu la femme, et l'a persuadée de mépriser l'ordre de Dieu. Maintenant qu'elle avait
goûté de cet arbre, et fut satisfaite de ses fruits, elle persuada Adam d'en faire usage aussi. Là-dessus, ils s'aperçurent qu'ils étaient devenus nus l'un aux yeux de  l'autre ; et ayant honte de paraître ainsi à autrui, ils inventèrent quelque chose pour les couvrir ; car l'arbre a aiguisé leur intelligence; et ils se sont couverts avec des feuilles de figuier ; et les attachant devant eux, par pudeur, ils pensaient qu'ils étaient plus heureux qu'ils ne l'étaient auparavant, car ils
avaient découvert en quoi  ils étaient en manque. Mais lorsque Dieu entra dans le jardin, Adam, qui avait l'habitude auparavant de venir s'entretenir avec lui, conscient de sa mauvaise conduite,
sortit de sa cachette en une attitude confuse empreinte de malaise.
Ce comportement a surpris Dieu; et il a demandé quelle était la cause de cette procédure; et pourquoi lui, qui auparavant se délectait de cette conversation, s'en est maintenant éloigné et l'a évité. Lorsqu'il ne répondit pas, conscient d'avoir transgressé le commandement de Dieu, Dieu dit : « J'avais auparavant
déterminé à propos de vous deux, comment vous pourriez mener une vie heureuse, sans aucune affliction, et souci, et vexation de l'âme ; et que tout ce
qui pourrait contribuer à votre plaisir et à votre félicité devraient grandir par ma providence, de leur propre gré, sans votre propre travail et vos efforts ; mais désormais le travail
et la peine amènerait bientôt la vieillesse, et la mort ne serait pas à une distance lointaine : mais maintenant tu as abusé de ma bonne volonté, et tu asdésobéi à
mes commandements ; car ton silence n'est pas le signe de ta vertu, mais de ta mauvaise conscience. » Cependant, Adam excusa son péché et supplia Dieu de ne
pas se fâcher contre lui, et a jeté le blâme de ce qui a été fait sur sa femme; et a dit qu'il a été trompé par elle, et de là est devenu un offenseur ; tandis qu'elle, à son tour, accusait
le serpent. Mais Dieu lui a infligé un châtiment, parce qu'il s'est faiblement soumis au conseil de sa femme ; et dit que le sol ne devait plus désormais céder ses fruits de son propre gré, mais que lorsqu'il serait harcelé par leur travail, il devrait produire certains de ses fruits, et refuser d'en produire d'autres.
Il a également rendu Eve sujette aux inconvénients de l'éducation et aux douleurs aiguës d'avoir des enfants; et cela parce qu'elle a persuadé Adam avec les mêmes arguments avec lesquels le serpent l'avait persuadée, et l'avait ainsi amené dans un état calamiteux. Il a aussi privé le serpent de la parole,
par indignation à sa disposition malveillante envers Adam. En plus de cela, il mit du poison sous sa langue, et en fit un ennemi des hommes ; et suggéré
à ces derniers, qu'ils doivent diriger leurs coups contre sa tête, qui est l'endroit où se trouvent ses desseins malfaisants envers les hommes, et il est plus facile
pour se venger de lui, comme cela. Et quand il l'eut privé de l'usage de ses pieds, il le fit désormais aller en position de reptation, et se traînant sur
le sol. Et quand Dieu leur a assigné ces châtiments, il a fait sortir Adam et Eve du jardin pour les mener dans un autre endroit.



auteur :  Flavius Joseph, texte extrait des Antiquitées Juives


texte traduit de l'anglais par Pascal Cusson


www.sondezlesecritur.com