SEPT GLOIRES DE CHRIST
SEPT GLOIRES DE CHRIST
DANS LE DISCOURS DE PIERRE EN ACTES 2
Introduction
En ce jour mémorable de la Pentecôte, l'Esprit de Dieu est descendu de la gloire pour remplir les douze apôtres (" des Galiléens " v. 7). Lorsque des hommes
pieux venus de plusieurs pays à Jérusalem les ont entendu parler dans leurs propres langues et annoncer les choses magnifiques de Dieu, ils étaient perplexes
(Act. 2:5-12). Mais l'apôtre Pierre leur a expliqué ce qui s'était passé. Il a cité le prophète Joël pour faire ressortir certains parallèles entre ces
événements récents et sa prophétie, sans vouloir laisser entendre qu'il s'agissait de l'accomplissement de la prophétie de Joël à ce moment-là. En faisant
ainsi une application, Pierre s'est adressé aux consciences et aux cœurs de ces auditeurs : " quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé ". Ensuite
il leur a présenté la grandeur du Messie qu'ils avaient rejeté, en leur présentant sept arguments puissants. Considérons brièvement les sept gloires de
Christ que Pierre a soulignées.
1. Approuvé de Dieu
" Hommes israélites, écoutez ces paroles : Jésus le Nazaréen, homme approuvé de Dieu auprès de vous par les miracles et les prodiges et les signes que
Dieu a faits par lui au milieu de vous, comme vous-mêmes vous le savez " (Act. 2:22). Qui pourrait être comparé à Jésus, le Christ, tant ses perfections
comme Homme sur cette terre ont été manifestes et éclatantes? Je suppose que le parallèle le plus proche est trouvé en Joseph (Gen. 37-45). Dieu a confirmé
son approbation du Seigneur Jésus par des miracles (litt. " des puissances ", démontrant son pouvoir), qui étaient en même temps des prodiges (réclamant
l'attention et le respect) et à la fois des signes (parce qu'ils ont signifié quelque chose, à savoir un message défini aux gens)1. Par une quatrième expression
Pierre a souligné que c'est l'énergie de Dieu qui a opéré par Christ. Cependant, les Juifs et surtout leurs chefs, avaient une opinion différente. J'insère
une parenthèse sur ce point-là.
Rejeté des hommes
" Jésus, étendant la main, le toucha, disant: Je veux, sois net. Et aussitôt il fut nettoyé de sa lèpre " (Mat. 8:3). " Car quiconque fera la volonté de
mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma soeur, et ma mère " (Mat. 12:50). Matthieu décrit de quelle façon Christ s'est présenté
à son peuple terrestre comme étant le Roi promis de Dieu: sa venue et son ministère du début suivis par ce qui est souvent appelé " le sermon sur la montagne
". Descendant de la montagne, notre Seigneur a rencontré un lépreux qu'il a touché et guéri. Dans la pensée juive, c'était un des signes par lesquels le
Messie se révélerait. Au lieu de reconnaître son autorité, les chefs ont commencé à s'interroger (Luc 5:17-26), mais sans vouloir répondre à son ministère
d'une manière positive (cf. Mat. 11:19). Le Seigneur, par conséquent, a donné un autre témoignage qu'il était vraiment le Messie en guérissant un homme
possédé d'un démon et incapable de parler. D'après la pensée rabbinique, seul le Messie pourrait faire quelque chose de semblable : c'est pourquoi les
foules ont commencé à se demander si ça pourrait être le Messie? Au lieu de confirmer ceci, les chefs ont attribué les œuvres de Christ à Satan (Mat. 9:34).
Dans sa grâce, le Seigneur a donné encore une autre preuve, en guérissant un homme qui n'était pas seulement muet et possédé, mais aussi aveugle : à ce
point les multitudes ont été convaincues qu'il était le " Fils de David ". Mais leurs chefs ont attribué cette guérison à Béelzébul, se rendant ainsi coupables
de faux témoignage, ce qui dans ce cas, comme le Seigneur leur a signalé, correspondait au blasphème contre le Saint-Esprit (Mat. 12:22-32). Pour cette
raison ils s'étaient eux-mêmes placés sous le jugement de Dieu et le Seigneur s'est détourné d'eux, après avoir confirmé qu'il reconnaissait comme sa mère
et ses frères ceux qui feront la volonté de Dieu (12:49-50).
"  En ce jour-là, Jésus, étant sorti de la maison, s'assit près de la mer. ... Et il leur dit beaucoup de choses par des paraboles, disant: Voici, un semeur
sortit pour semer " (Mat. 13:1, 3). Dans Matthieu 12 nous avons vu comment Christ a été rejeté par son propre peuple, après qu'Il eût déjà confirmé leur
manque de réponse (Mat. 11). C'est pour cela que le Seigneur rejetait maintenant ce peuple; toutefois, il est toujours resté disponible pour ceux qui viendraient
à lui. Arrive alors un point tournant décisif, décrit en Matthieu 13:1-3 : le Seigneur quitte la maison du Judaïsme tout en restant fidèle à la loi et
se place au bord de la mer pour commencer un travail entièrement nouveau. Dans la parabole du semeur et dans celles qui suivent, cette nouvelle phase de
l'œuvre de Christ est présentée. Le Seigneur n'a jamais eu de conflits avec la loi que Dieu avait donnée par Moïse, mais Il a été en désaccord avec les
interprétations rabbiniques parce qu'ils ont remplacé les paroles de Dieu par celles des hommes. Refusé par ces chefs, Christ allait ouvrir la porte aux
nations. Historiquement, ce processus est précisé dans les Actes, mais déjà indiqué par sa position assise au bord de la mer; en fait, le changement de
dispensation est illustré de beaucoup de façons différentes au fil de l'Évangile de Matthieu.
Le rejet du Messie ouvre toute grande la porte de la grâce
Ayant été rejeté par son peuple, Celui qui avait été approuvé de Dieu commence un nouveau travail. Notre attention est attirée par le mot " voici ", qui
dirige nos pensées vers le Semeur lui-même et sur le travail qu'il fait, même aujourd'hui, en et par des disciples qui entendent sa Parole et qui la mettent
en pratique. Nous pourrions comparer ce nouveau travail avec ce que l'apôtre Paul écrit en Éphésiens 2:17 : " Et il est venu, et a annoncé la bonne nouvelle
de la paix à vous qui étiez loin et la bonne nouvelle de la paix à ceux qui étaient près ". Évidemment, Christ prêche par les instruments de son choix,
par Paul et par beaucoup d'autres dans le passé, mais aussi aujourd'hui. Remarquons que tout cela a commencé après sa sortie du Judaïsme qui le rejetait2,
mais spécialement après sa mort, sa résurrection et son exaltation.
2. Livré par Dieu
" Ayant été livré par le conseil défini et par la préconnaissance de Dieu " (v. 23a). À plusieurs reprises les chefs avaient essayé de tuer le Seigneur
Jésus, mais ils n'ont jamais réussi car son heure n'était pas encore venue. Une fois que cette heure était venue, nous sommes étonnés de voir combien de
prophéties ont été accomplies dans une très courte période de temps, tout selon le plan de Dieu. C'est pourquoi le Seigneur a fait certaines choses pour
que les Écritures soient accomplies (cf. par exemple Jean 19:28). Avec nos esprits humains limités nous ne pouvons pas comprendre comme cela peut s'harmoniser
avec ce qui suit : le rejet de Christ de la part des hommes. Mais la Parole de Dieu maintient toujours la responsabilité de l'homme, tout en montrant comment
Dieu est en parfait contrôle. Cependant, sa souveraineté ne met pas de côté la responsabilité de l'homme, comme le montre le prochain paragraphe.
3. Crucifié par l'homme
" Lui, vous l'avez cloué à une croix et vous l'avez fait périr par la main d'hommes iniques " (v. 23b)3. En disant ceci, Pierre a placé sur son audience
le fardeau de leur culpabilité. Comme faisant partie de la nation Juive qui avait refusé et rejeté leur propre Messie, ils étaient co-responsables. La
seule possibilité pour eux d'échapper au jugement était de se repentir. Bien que la nation ait été coupable de meurtre prémédité et par conséquent sous
la sentence de mort, Dieu a estimé leur action comme une erreur faite dans l'ignorance. Pourquoi? Parce que sur la croix le Seigneur Jésus avait prié :
" Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu'ils font " (Luc 23:34). Sur la base de cette prière, Dieu considérait que son peuple et même ses chefs avaient
agi par ignorance (1 Cor. 2:8), raison pour laquelle Il leur a donné une nouvelle occasion favorable d'accepter leur Messie maintenant glorifié dans le
ciel, s'adressant à eux par ses apôtres et par son Esprit. Malheureusement, ce témoignage allait également être rejeté par la nation et un messager particulier,
Étienne, être mis à mort.
4. Ressuscité par Dieu
" Lequel Dieu a ressuscité, ayant délié les douleurs de la mort, puisqu'il n'était pas possible qu'il fût retenu par elle " (v. 24). Le Prince de la vie
ne pouvait pas être retenu par la puissance de la mort. Pierre se reporte au roi David en ces termes : " Étant donc prophète, et sachant que Dieu lui avait
juré, avec serment, qu'il ferait asseoir quelqu'un suscité du fruit de ses reins, sur son trône, a dit de la résurrection du Christ, en la prévoyant, qu'il
n'a pas été laissé dans le hadès, et que sa chair non plus n'a pas vu la corruption " (vs. 30-31)4. Alors Pierre continue en disant : " Ce Jésus, Dieu
l'a ressuscité, ce dont nous, nous sommes tous témoins " (v. 32).
Nous ne pouvons pas sonder ni analyser la puissance que Dieu a manifestée dans la résurrection de Christ. Cette puissance est plus grande que celle que
Dieu a montrée dans l'acte créateur même. En Éphésiens 1:19-20 nous trouvons quatre mots différents utilisés pour souligner la grandeur et la puissance
de Dieu démontrées dans la résurrection de Christ. Cette même " énergie " agit dans un pécheur au moment où il croit (Éph. 2:1-6)!
5. Exalté par Dieu
" Ayant donc été exalté par la droite de Dieu " (v. 33a). Ceci est une action subséquente5 que Dieu a entreprise :
1. Dieu a exalté son Christ et l'a fait s'asseoir à sa droite. Ceci est confirmé par beaucoup de passages bibliques, surtout dans l'épître aux Hébreux.

2. Christ est monté au ciel (Jean 20:17) et s'est lui-même placé à la droite de Dieu (Marc 16:19b; Héb. 1:3).
Ainsi, " nous voyons Jésus ... couronné de gloire et d'honneur " (Héb. 2:9).
6. Oint dans la gloire par l'Esprit Saint
" Ayant reçu de la part du Père l'Esprit-Saint promis, il a répandu ce que vous voyez et entendez " (v. 33b). Comparons ceci avec Hébreux 1:9 : " tu as
aimé la justice et haï l'iniquité; c'est pourquoi Dieu, ton Dieu, t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes compagnons ". Du point de vue de Dieu,
l'onction de Christ dans le ciel a été répandue également sur ses compagnons qui sont appelés " frères saints, participants de l'appel céleste " (Héb.
3:1). Ce que nous lisons en Actes 2:2-4 est intimement lié à cette position glorieuse de Christ (cf. Jean 7:39; 1 Cor. 12 :13).
7. Dieu l'a fait Seigneur et Christ
" Car David n'est pas monté dans les cieux; mais lui-même dit : " le Seigneur a dit à mon seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que j'aie mis
tes ennemis pour marchepied de tes pieds ". Que toute la maison d'Israël donc sache certainement que Dieu a fait et Seigneur et Christ ce Jésus que vous
avez crucifié " (Act. 2:34-36). Qui peut comprendre la grandeur de notre Seigneur Jésus Christ? Un jour, tout genou courbera devant Lui (Phil. 2:10), mais
nous les chrétiens pouvons le faire déjà maintenant, avec des actions de grâce et dans l'adoration, en nous réjouissant en Lui, notre Bien-aimé.
Quelques détails concernant le Psaume 110
Remarquons que Pierre cite le Psaume 110, un passage que le Seigneur lui-même avait rappelé aux chefs du peuple, en leur posant la question à savoir de
qui David parlait en disant " le Seigneur a dit à mon seigneur ". Il est à relever que " Jahvé " (l'Éternel, " Je suis celui qui suis ", Ex. 3:14) est
indiqué par le premier nom " le Seigneur " et " Adonaï " par le deuxième nom " mon seigneur ". Mais ce qui est à souligner ici, c'est l'exactitude du texte
hébreu. En général, le terme " Adonaï " est utilisé pour indiquer les droits de Dieu comme Maître souverain (au pluriel). Comme avec " Elohim " en Genèse
1:1 (Dieu au pluriel; le verbe créa au singulier), nous trouvons un concept semblable dans le Psaume 110:1. La Trinité divine (encore cachée dans l'Ancien
Testament, mais néanmoins une réalité depuis Genèse 1:1) est indiquée, quoique d'une manière différente. David précise que l'Éternel a parlé à son " Adoni
", ce qui veut dire " mon Maître " (au singulier); donc David s'adresse au Seigneur Jésus lui-même, membre de la Trinité (Adonaï, Elohim), mais d'une façon
" cachée ", comme c'était le cas avec la Trinité elle-même dans l'A.T. Par l'incarnation (Jean 1:14), Dieu s'est révélé davantage et ouvertement (1 Tim.
3:16).
Le résultat du discours de Pierre
Le message de Pierre, soutenu par les autres apôtres (Act. 2:14), a eu un effet profond. Nous lisons : " Et ayant ouï ces choses, ils eurent le cœur saisi
de componction, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Que ferons-nous, frères? Et Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé
au nom de Jésus Christ, en rémission des péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit: car à vous est la promesse et à vos enfants, et à tous ceux qui
sont loin, autant que le Seigneur notre Dieu en appellera à lui. Et par plusieurs autres paroles, il conjurait et exhortait, disant: Sauvez-vous de cette
génération perverse " (2:37-40). Dans ce contexte je pense à quelques prophéties de Zacharie (12:10; 13:6-9), qui s'accompliront en un jour futur, mais
qui se réalisent ici moralement dans les Juifs qui se sont repentis le jour de la Pentecôte.
Dieu s'est révélé dans le Seigneur Jésus et dans sa mission; en rejetant leur Messie, les Juifs ont rejeté leur Dieu. Quelle découverte le message de Pierre
a opérée! Puisse ce même Dieu toucher le cœur de quiconque n'est pas encore sauvé et qu'il puisse aussi sonder les cœurs des croyants qui lisent ce texte,
pour que nous lui soyons consacrés davantage.
(c)  Alfred E. Bouter 2002 (Imprimé/adapté le 22 juillet 2002)
1 Remarquablement, les mêmes expressions dans le texte grec sont utilisées pour les douze à Jérusalem (Héb. 2:4), aussi bien que pour l'apôtre Paul (Rom.
15:19; 2Cor. 12:12). Nous les trouvons aussi en ce qui concerne l'Antichrist qui se manifestera par les mêmes moyens, mais " de mensonge " dans son cas
(2Thes. 2:9). Toutefois, c'est une énergie d'erreur que Dieu enverra.
2 Ici sur terre Christ n'a jamais cessé d'être juif, ou de garder la loi de Moïse. Néanmoins, sur la base de son œuvre accomplie à la croix il a introduit
un nouvel ordre de choses (2 Cor. 5:16-17), mais ceci n'est pas ici notre point d'intérêt.
3 On pourrait se demander comment ce puisse être une gloire pour Christ d'avoir été crucifié par la main d'hommes iniques. Ésaïe 53, Psaume 22 et beaucoup
d'autres passages décrivent la gloire morale de Christ dans ses souffrances à la croix.
4 Cette résurrection a eu lieu selon la propre prédiction du Seigneur, mais c'était aussi en même temps par son propre pouvoir, car il est Dieu Lui-même
(cf. Jean 10:17-18).
5 Pour plus de détails, je réfère au chapitre neuf de mon livre " Voici, Je me tiens à la porte... ".
4