L'ÉDUCATION RELIGIEUSE DES ENFANTS #2 - L'École De L'Église



Nous sommes maintenant prêts à considérer l'ÉGLISE-ÉCOLE, dans sa relation avec ce sujet. Cette institution vient après la famille dans la liste des agences fourni par la sagesse divine aux fins de la discipline et de l'instruction religieuses. L'idée fondamentale est suggérée dans les passages suivants de la Bible :
Deutéronome IV, 10 : « Rassemblez-moi le peuple, et je lui ferai entendre mes paroles, afin qu'il apprenne à me craindre tous les jours qu'il vivra. sur la terre, et qu'ils enseignent leurs enfants. » Encore, Deutéronome xxxi, 12, 13 : « Rassemblez le peuple, hommes, femmes et enfants, et
l'étranger qui est dans tes portes, afin qu'il entende, et qu'il apprenne, et qu'il craigne l'Éternel, ton Dieu, et qu'il veille à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi;
et que leurs enfants, qui n'ont rien connu, entendent et apprennent à craindre l'Éternel, votre Dieu, tant que vous habiterez le pays que vous traverserez... "
Le grand rassemblement du peuple, mentionné dans les passages ci-dessus, se produisait une fois tous les sept ans : « À la fin de tous les sept ans. » Ce n'était pas tellement,
principalement, pour l'information et l'instruction du peuple car il s'agissait d'une transaction typique ou symbolique, destinée, comme tant d'autres, à impressionner
sur le peuple les conditions dans lesquelles il détenait ses privilèges et ses bénédictions.
Mais une chose mérite d'être remarquée; cela devait se faire en présence de toute la congrégation. Outre cette lecture générale de la loi « à la fin de tous les sept ans », il y avait les écoles régulières, qui étaient ouvertes tous les jours de sabbat.
Le service de la synagogue consistait (1) en prières publiques ; (2) la lecture des Ecritures ; (3) et enfin, l'explication des Écritures et la prédication
basée sur les écritures du jour. A ces services, hommes, femmes et enfants étaient présents. Outre le service régulier de la synagogue, il y avait aussi d'autres moments où les enfants pouvait venir recevoir l'instruction des rabbins, dont un ou plusieurs étaient constamment présents
dans la synagogue pour donner l'instruction nécessaire. La disposition pour l'instruction religieuse des enfants juifs était la plus complète du Moyen-Orient de l'Antiquité..

Dans les écoles des synagogues, les jeunes recevaient l'enseignement de la loi divine. Dans le Temple, de Jérusalem comme dans les synagogues dispersées dans tous les quartiers des villes et des villages du pays d'Israël, des assemblées  d'hommes savants dispensant leur savoir et leur expérience, dans l'une desquelles les parents de Jésus le trouvèrent assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant, et tousceux  qui l'ont entendu ont été étonnés de son intelligence et de ses réponses. Si l'enseignement de la religion juive était une "prophétie et un type de la dispensation chrétienne" (et une grande partie est ainsi, sans aucun doute), et si "ces choses ont été écrites pour notre instruction", cela ne nous surprendra pas du tout si nous trouvons une grande partie de la méthode et les formes de ces services illustrées dans l'exemple du Christ Jésus et de ses apôtres.

L'histoire de l'Église primitive a beaucoup de conséquences directes ou accessoires,  un caractère portant sur sa pratique dans ce domaine particulier.
De Luc IV, 16-22, nous apprenons quelque chose de la méthode d'enseignement de notre Sauveur. Il a agi comme lecteur des Écritures, et aussi comme enseignant ou prédicateur dans la synagogue à Nazareth.

Paul aussi, comme nous l'apprenons de Actes xiii, 14-16, entra dans la synagogue d'Antioche, en Pisidie, et enseigna à l'auditoire qui s'y réunissait les Saintes Écritures.

L'un des dons à l'Église primitive était les « enseignants ». De la volumineuse histoire de l'historien Mosheim, il y a quelques paragraphes que nous
pouvons extraire avec profit concernant l'enseignement religieux dans la jeune église primitive.
Il dit:
"Dans ces assemblées, c'est-à-dire les assemblées chrétiennes du jour du Seigneur, les Saintes Écritures étaient lues publiquement et, à cette fin, divisées en certaines
portions ou leçons. Cette partie du service divin était suivie d'une brève exhortation au peuple, dans laquelle l'éloquence et l'art faisaient place à la maturité, d'une démonstration fervente de foi, ainsi qu'une expression de zèle et de charité chrétienne.
Les prières, qui formaient une part considérable du culte public, furent introduites à la fin de ces
discours, et étaient répétés par le peuple après l'évêque ou le prêtre qui présidait le service. Lorsque l'Église a commencé à prospérer et que le nombre de ses membres se mit à augmenter de manière expodentielle, on a jugé prudent et nécessaire de diviser les chrétiens en deux ordres, distingués par les noms de croyants et de catéchumènes. Les croyants étaient ceux qui avaient été solennellement admis dans l'Église par le baptême, et, en conséquence, instruits dans tous les mystères de la religion, avaient
accès à toutes les parties du culte divin, et étaient autorisés à voter dans les assemblées ecclésiastiques. Quant aux cathécumènes, n'ayant pas encore été consacrés à Dieu et au Christ par le baptême, et n'étaient donc pas admis ni aux prières publiques, ni à la sainte communion, ni aux assemblées ecclésiastiques.
Le baptême n'était administré qu'à ceux qui avaient été préalablement instruits des principaux points du christianisme et qui avaient également donné des preuves satisfaisantes.
de dispositions pieuses et d'intentions droites.
« Les méthodes d'instruction des catéchumènes différaient selon leurs diverses capacités. A ceux en qui la force naturelle de la raison était faible, seule
les principes fondamentaux et les vérités divines, qui sont, pour ainsi dire, la base du christianisme, étaient enseignés. Ceux, au contraire, que leurs instructeurs jugeaient
capables de comprendre, dans une certaine mesure, tout le système de la vérité divine, étaient pourvus de degrés supérieurs de connaissance, et rien ne leurs était caché
de ce qui pourraient avoir quelque tendance à les rendre fermes dans leur profession de foi, et à les aider à arriver à la perfection chrétienne. Le soin d'instruire
tel était le cas de personnes qui se distinguaient par leur gravité et leur sagesse, ainsi que par leur savoir et leur jugement. Ainsi, les anciens enseignants
divisent généralement leur troupeau en deux classes: l'une comprend ceux qui ont été solidement et complètement instruits; l'autre, ceux qui se connaissaient
avec un peu plus que les premiers principes de la religion.

« Les chrétiens ont pris tous les soins possibles pour accoutumer leurs enfants à l'étude des Écritures Saintes et pour les instruire des doctrines de la sainte religion ;
et des écoles ont été érigées partout dans ce but, même dès le commencement de l'Église chrétienne.

Ainsi, nous voyons qu'une provision abondante et généreuse a été faite, non seulement parmi les Juifs, mais aussi par l'Église primitive, pour l'éducation religieuse du peuple,
enfants inclus ; et si nous voulons reproduire l'Église primitive dans sa puissance sa pureté et sa ferveur, nous devons reproduire l'Église-école, une agence qui plus que
toute autre méthode publique remplissait les premiers chrétiens d'un enthousiasme inextinguible, d'une piété fervente et d'une foi inflexible en Christ. Il n'a jamais été pensé,
puis, d'être un investissement non rentable, ni en temps ni en moyens, pour assurer la formation publique des enfants à un degré qui ne pourrait être atteint même par la meilleure instruction parentale ou familiale. Les progrès de l'enfant de parents chrétiens provenaient de l'enseignement au coin du feu du parent consciencieux
à l'Église-école, et finalement à l'Église, la grande université de Dieu dont aucun diplôme de fin d'études n'a jamais été délivré du seuil de cette
vie terrestre jusqu'au crépuscule atteint par celle-ci, et le candidat se préparait à recevoir, sur la base d'une « vie bien ordonnée et d'une conduite pieuse », les honneurs inaltérables d'une triomphante
obtention du diplôme dans la communion bénie et le service du ciel.

Ainsi devrait-il en être maintenant; cherchons-donc à l'avoir dans nos tentatives de rendre l'école du dimanche moderne une agence bénie et puissante dans l'étude et l'enseignement de la Parole de Dieu à ceux qui n'ont peut-être pas d'autres moyens d'apprendre la volonté divine ; ceux de parents indifférents ou méchants; ceux qui sont pauvres et nécessiteux, et surtout les enfants de parents chrétiens, une classe qui
devraient être, par la minutie et le soin de l'instruction des parents et de l'école de l'Église, connus comme étant les "enfants de l'Église", de futurs croyants fervents et zélés pour le service de Dieu.

L'église-école d'aujourd'hui a devant elle de splendides opportunités et un avenir royal. Elle est capable de faire le travail d'un parent pour les orphelins, et pour ceux dont les foyers sont muets sur les questions religieuses.
Elle peut et apportera l'Evangile à de grandes multitudes qui ne pouvaient pas, au début, être persuadées d'assister à la prédication publique de la parole. « Elle propose
pour inaugurer l'Église avec tous ses procédés d'instruction religieuse, là où elle était jusque-là inconnue, et surtout rétablir l'influence religieuse de l'instruction parentale à la maison.
Aucun homme de ce côté-ci du grand jour du jugement ne peut mesurer son influence, si telle est bien son œuvre. Et aucune Église ne peut être sans péché, et malgré tout ne pas faire  son
possible pour faire de l'église-école une agence puissante dans l'éducation religieuse des enfants à sa portée. Une Église est coupable d'une grave négligence de
son devoir s'il permet à n'importe quel enfant de grandir dans l'irréligion, qu'il a les moyens d'atteindre et de se réapproprier. Et ce qui est vrai ici de l'Église est vrai
de ses membres individuellement.

Mais cette responsabilité de l'Église de s'occuper d'un enfant ne décharge nullement les parents de leur responsabilité à l'égard du même enfant. Si
l'enfant est perdu et que Dieu tient l'Église coupable de la perte, il ne s'ensuit pas qu'il tiendra le parent innocent. C'est un cas de double responsabilité
pour le même objet. L'objet — le salut de l'enfant — est si important que Dieu le met sous double garde. C'est comme prendre deux endosseurs pour une dette ;
le défaut de l'un des endosseurs n'exonère pas l'autre, le porteur a son recours également contre les deux, et ainsi l'exécution de l'obligation est mieux sécurisé.
Tout en nous  indique que cette vie est préliminaire et préparatoire. C'est un « segment et non un cercle, et toutes ses voix convergent
pour faire d'une grande prophétie de quelque chose à venir. L'enfance, la jeunesse, la virilité et l'âge mûr ne sont que des vagues successives dans le fleuve des années qui roule
en avant ses eaux puissantes, jusqu'à ce qu'elles agitent les vastes vagues de l'océan, dont les battements battent pour toujours.

La famille, l'Église-école et l'Église embrassent la
forces que Dieu, dans sa sagesse, a fournies, par lesquelles les plus humbles peuvent atteindre le sommet de la montagne de Dieu, et avec les plus nobles parmi les enfants de Dieu, jouir de LUI pour toujours.


Pascal Cusson

www.sondezlesecritur.com