L'ÉDUCATION RELIGIEUSE DES ENFANTS #1 - l'élément parental ou familial




Un écrivain et penseur américain du dix-neuvième siècle a écrit ceci :
« Il y a beaucoup de matériel excellents dans la littérature préparée pour les enfants américains : il y a également beaucoup de culture parentale et d'instruction de l'école
du dimanche ; et les braves gens du pays font beaucoup pour former une génération d'hommes et de femmes vertueux."
Incontestablement, cela est vrai; et pourtant ce n'est qu'une partie de ce qui a trait à toute la vérité au sujet de l'éducation religieuse des enfants. La sagesse
du monde laïque a été sévèrement taxé pour fournir les moyens, et montrer la voie, de former des adultes responsables fiable et d'une grande probité morale, en multipliant écoles et universités ; mais il a échoué, parce qu'il n'a pas réussi à observer l'une des conditions nécessaires à un tel développement. Cette condition est la reconnaissance et l'utilisation des principes et de l'art de la sagesse divine
dans l'éducation et la discipline des enfants. Dans cet essai, nous aurons davantage à coeur à vous faire découvrir la « bonne voie du Seigneur » que d'apprendre même
les meilleures leçons de philosophie et de cours de pédagogie moderne humaine. À moins que nous ne nous trompions ou ayons oublié des passages bibliques, nous examinerons chaque passage de la Bible qui porte sur la question de l'éducation des enfants, du moins chaque
catégorie de passages.
Nous proposons l'ordre d'investigation suivant :
   I. L'élément parental ou familial.
 II. L'école de l'Église.
III. La méthode divine.




I. LE PARENTAL OU LA FAMILLE


Lorsque nous parlons de « l'éducation religieuse des enfants », nous faisons référence à une éducation fondée sur l'enseignement de la Bible ; une éducation
qui inclura la « connaissance des Saintes Écritures », comme résultat d'une étude attentive ; aussi, l'exposition des principes appris, dans une vie dont la perfection la stature est d'après le modèle de l'homme parfait, Jésus-Christ, Une grande partie de ce qu'on appelle l'éducation religieuse trouve son sommet lorsqu'elle a atteint l'élément moral ; c'est pourquoi si souvent les hommes
qui ont fait preuve de la grâce d'une morale correcte sont comptés parmi ceux qui ont acquis la plus haute exaltation à laquelle la Bible les appelle. Mais cela ne peut pas être vrai, si les paroles de l'apôtre
Paul dans Tite II, 12, ont une signification précise : « Nous devons vivre sobrement, justement et pieusement dans ce monde présent.
Par une comparaison du « meilleur homme du monde » avec le « meilleur membre de l'Église », nous trouvons une condition de choses, moralement et spirituellement, comme celle-ci :
(a) Le meilleur homme du monde « nie l'impiété et les convoitises mondaines » ; ainsi fait le meilleur homme de l'Église.
Le meilleur homme du monde vit « de manière sobre et juste » ; il en va de même pour le meilleur membre de l'Église.
Et ici la comparaison s'arrête ; pour un pas de plus et le mondain devient chrétien. La moralité n'inclut rien de plus qu'un déni de « l'impiété et de la convoitises mondaines », et une vie « sobre et juste » dans ce monde présent. Et tout cela pourrait être fait sans à peine une pensée de ce que Dieu exige de ce que nous devons avoir dans le coeur. L'éducation des enfants, sujet dont nous traitons ici, l'élément de « piété » doit apparaître comme étant le couronnement de la loi de croissance de Dieu. C'est le joyau d'une parfaite éducation religieuse. Ainsi, le chrétien « ajoute de la piété » à tout ce qu'il peut posséder en talents dons et acquis, et son caractère ne peut jamais être complet sans elle.
L'élément ou l'influence parentale ou familiale dans l'éducation religieuse des enfants est d'une importance primordiale. Il ne peut être remplacé ou supplanté
par toute autre agence. La relation parents-enfants est, en effet, le thème d'or de la Bible. Dans l'Ancien et le Nouveau Testament, le mot "enfants" est
trouvé pas moins de cinq cent vingt-huit fois. Ils peuvent être classés comme suit :
Premier groupe « enfants », où le mot est utilisé dans son sens générique.
Deuxième groupe — « Enfants de Dieu », où le mot est utilisé pour représenter une relation inhabituellement proche avec Dieu.
Troisième groupe — « Enfants des hommes », une expression utilisée en contraste avec l'expression « Enfants de Dieu ».
Quatrième groupe - " Petits enfants ", se référant à la stature spirituelle ou physique, selon la connexion dans laquelle l'expression se trouve citée ou contextualisée.
Ces quatre classes, ou groupes, comprennent toutes les utilisations du mot enfant dans la Bible.


La famille est l'institution primordiale de Dieu pour l'éducation religieuse précoce des enfants. Quoi qu'on puisse dire en faveur de l'école de l'Église, ou de l'école laïque et profane,
et beaucoup de bien peut être dit en faveur des deux, le fait mentionné ci-dessus ne doit jamais être perdu de vue par les parents chrétiens.
Ils doivent être les premiers enseignants bibliques de leurs enfants, et leurs servir de modèles de ce que doivent être de vrais chrétiens et chrétiennes, tant dans leurs paroles que dans leurs actes au quotidien.


Le langage de la Bible est très direct et décisif pour les parents en ce qui concerne leur devoir envers leurs enfants. Le sentiment du vrai parent s'exprime
dans les belles paroles de Manoah, de la tribu de Dan, quand Dieu lui avait révélé le fait que sa femme lui enfanterait un fils : « mon Seigneur, l'homme de Dieu que tu as envoyé est revenu vers nous et nous apprend ce que nous devons faire à l'enfant qui naîtra ! Dans le quatre-vingt-huitième Psaume,
on trouve le langage suivant : « Car il a établi un témoignage en Jacob, et a établi une loi en Israël, qu'il a commandée à nos pères, afin qu'ils
les fassent connaître à leurs enfants ; afin que la génération à venir les connaisse, même les enfants qui devraient naître qui devraient se lever et les déclarer
à leurs enfants ; afin qu'ils mettent leur espérance en Dieu, qu'ils n'oublient pas les œuvres de Dieu, qu'ils gardent ses commandements, et qu'ils ne
soient pas comme leurs pères, une génération têtue et rebelle ; une génération qui n'a pas redressé son cœur et dont l'esprit n'a pas été ferme avec Dieu.

Cette langue est très explicite dans ses instructions à la famille juive. Le Juif a toujours appris que les enfants, au lieu d'être une charge, étaient un « héritage du Seigneur » ;
et ils devaient être formés dans la foi que « les enfants devraient louer le nom du Seigneur, car son nom seul doit être exalté ; sa gloire seule prédomine au-dessus de la terre
et du ciel. » Encore, Ésaïe xxxviii, 19  dit : « Le vivant, le vivant, il te louera comme je le fais aujourd'hui ; le père fera connaître ta vérité aux enfants. »
L'Apôtre Paul, dans 2 Corinthiens XII, 14, dans une phrase suggestive, exprimant la relation des parents et des enfants, utilise ce langage, "Ce n'est pas, en effet, aux enfants à amasser pour leurs parents, mais aux parents pour leurs enfants. "   Ceci est vrai aussi bien des choses spirituelles ou religieuses que des choses temporelles. Encore une fois, dans Ephésiens
VI, 4, «  Et vous, pères, n'irritez pas vos enfants, mais élevez-les en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. "
Les pères chrétiens devaient fournir À leurs enfants une éducation religieuse, sous la sanction solennelle et le commandement du Seigneur. Au même effet est l'enseignement de Colossiens
III, 21 : Pères, n'irritez pas vos enfants, de peur qu'ils ne se découragent.
Dans Deutéronome vi, 7, 8, Moïse, parlant à la nation comme s'il s'agissait d'une seule personne, dit : « Et ces paroles, que je te commande aujourd'hui, seront dans ton cœur; et tu les enseigneras diligemment à tes enfants, et tu en parleras quand tu seras assis dans ta maison, et quand tu marcheras
en chemin, et quand tu te coucheras, et quand tu te lèveras. "
Pour garantir le souvenir perpétuel des voies, des jugements et des commandements de Dieu, il était nécessaire que les parents « en parlent à leurs enfants et laissent
tes enfants le disent à leurs enfants, et à leurs enfants d'une autre génération." (Joël I, 3.)
À Israël, Dieu dit : Deutéronome xxxii, 46, 47 : « Appliquez votre cœur à toutes les paroles dont je témoigne parmi vous aujourd'hui, que vous commanderez à vos enfants. observer pour faire, toutes les paroles de cette loi. Car ce n'est pas une chose vaine pour vous ; parce que c'est ta vie.
Ces passages, de l'Ancien et du Nouveau Testament, sont clairs et distincts dans leurs énoncés. Ils enseignent une leçon. On ne peut pas échapper à la plaine et directe
commandement de Dieu qui porte sur le devoir de former nos enfants à la « discipline et à l'instruction du Seigneur », en d'autres termes, de leur fournir une éducation religieuse.
Il n'y a pas de moment comme l'enfance pour ce travail. Les « mauvais  jours de l'âge dit ingrât c'est-à-dire ceux de l'adolescence» ne sont pas encore arrivés, où les enfants peuvent dire : « Nous n'avons
aucun plaisir à connaître et à servir Dieu. »
Si l'on attend des futurs hommes et femmes qu'ils soient des chrétiens de « première classe », leur éducation pour cette position sublime doit commencer à l'époque de la petite enfance et de la jeunesse.
« Leur soumission à la loi du Christ, à la fois dans la foi et dans la conduite, doit être inculquée si doucement qu'elle deviendra comme une direction
inconsciente ou instinctive qui imprégnerait toute leur personnalité. Ce serait l'éducation chrétienne, la véritable éducation religieuse.
Nous admettons la difficulté de cette grande entreprise ; pourtant c'est un
devoir néanmoins parce qu'il est difficile, et le reconnaître est, au moins, un pas vers son accomplissement.
Dès la petite enfance, il faut également en douceur inculquer ceci aux enfants :
"  Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste.  Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse),  afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. " Éphésiens 6:1-3.
Mais comme je l'ai mentionné plus haut, pour que vos enfants se soumettent à vous sans rébellion, vous, pères et mères, devez être en tous temps et en toutes circonstances, des modèles de morale et de conduite chrétienne, des modèles à suivre pour eux et à admirer. Les choses et les coutumes païennes vont rattrapper vos enfants bien assez vite dès l'école primaire et donc, il faut leurs implanter dès avant ce cap inévitable, les bonnes valeurs et exemples de ce que c'est que d'être un bon chrétiens et qu'ainsi à leur tour, ils puissent être de bonnes lumières pour leurs petits camarades ou, à tout le moins, que leurs connaissances chrétiennes soient assez fortes et bien ancrées pour leurs éviter de tomber dans les pièges que Satan le Maître du monde tendra devant leurs pas timides et chancelants sur le chemin de leurs jeunes vies !

De nos jours, on entend beaucoup parler, tant au coin du feu que dans les lieux publiques,
de laisser l'esprit des enfants impartial. L'enseignement est : « Laissez les enfants s'instruire sur tous les sujets religieux sur toutes les religions sectes et philosophies mystiques, jusqu'à ce qu'ils soient arrivés aux années de discrétion, c'est-à-dire à ce que l'on nomme l'âge de raison, entre 13 et 15 ans d'âge, pour qu'ils puissent choisir par eux-mêmes et décider sur toutes les questions contestées sans préjudice, y compris leurs choix religieux.

Mais c'est là la chose même que Dieu nous ordonne de ne pas laisser faire, du moins tant que nos enfants n'ont pas atteints l'âge de la majorité et qu'ils habitent sous notre toit.

Aux enfants qui ont suivi l'enseignement chrétien dispensé par leurs parents, leur biais menant au ciel est entre leurs mains dès qu'ils ont atteint l'âge de raison.
Dieu le sait, et nous aussi. Par conséquent, le pouvoir effrayant du choix n'est pas donné au simple enfant en âge ou en connaissances; mais à celui dont le cœur a été formé
et l'esprit enseignait qu'il existe une "route de la sainteté" et une autre, la "voie qui mène à la mort". L'instruction est pour l'enfant ; la formation est exigée ; une culture de protection divine
culture est nécessaire. Si les enfants ne sont pas dirigés en faveur d'une vie pieuse et que leurs cœurs ne pointent « vers une région de pureté et d'amour infinis, où tous
ce qui est bon et heureux est séparé de lui-même et pend au-dessus de nous comme un firmament de grandeur et de beauté », s'ensuit-il donc qu'ils entrent dans
leur virilité ou leur féminité sans préjugés ?
Certainement pas. Il est plutôt vrai que si chaque influence satanique n'est pas balancée par l'influence bénéfique de l'enseignement chrétien, chaque minime épreuve vécue par l'enfant sera balayé, sans rien pour entraver son pouvoir effrayant, jusqu'à ce que
le jour où le "pouvoir du choix est donné, où, tout le cours de la vie ayant été biaisé par le mal, ce n'est rien moins qu'une merveille si le choix du jeune n'est pas orienté alors vers le bas " vers une région où le péché sous sa forme hideuse s'enfonce à son propre niveau, et cherche les cachettes d'une nuit sans étoiles

Les parents chrétiens, donc, sous les solennités de ce transfert total et volontaire
de tout ce qu'ils ont et sont pour Christ, doivent " élever leurs enfants dans la discipline et l'instruction du Seigneur ".

Très probablement, on nous demandera : « Cela ne ferait-il pas d'eux, vos enfants, des croyants en Christ par une autorité à laquelle ils peuvent difficilement résister, et à partir de laquelle ils peuvent ensuite
avoir de la peine à s'échapper ? Cela ne règle-t-il pas la question pour eux avant qu'ils ne soient en mesure de choisir par eux-mêmes, que Jésus est un enseignant divin, et que sa
doctrines est un ordre divin ? Dans le langage de celui qui a évidemment accordé à cette question l'attention qu'elle mérite, nous répondons : « Sans aucun doute, et sans aucune hésitation :  
c'est ce que nous sommes tenus de faire. S'il y en a qui se soucient si peu de la religion qu'ils souhaitent que leurs enfants soient si libres qu'ils soient aussi susceptibles
d'être des infidèles comme des croyants, des païens comme des chrétiens, leur libéralité dépasse tellement la mienne qu'il ne peut y avoir de sympathie entre nous. S'ils ne
concèdent pas  que la religion d'une sorte ou d'une autre est une nécessité, et que la religion la plus pure et la meilleure dont nous sachions quoi que ce soit est la religion chrétienne, et la
moralité la plus pure que celle que Christ a enseignée, il n'y a pas de terrain d'entente sur lequel nous puissions nous accorder.
Mais si cela est admis, si nous devons avoir une religion, un objet de culte, une loi divinement sanctionnée, et si la religion chrétienne et la
loi chrétienne sont les meilleures que nous connaissions - il s'ensuit, assurément, que nous sommes liés, par l'amour que nous portons à nos enfants, et par notre responsabilité envers eux
et envers Dieu, de n'épargner aucune peine pour les amener à ce qui est reconnu comme le plus noble et le meilleur. Incontestablement, ils seraient amenés par un tel parcours
être chrétien; et c'est précisément le résultat que nous obtiendrions. Que les principes divins de l'Evangile soient une fois bien inculqués aux jeunes caractère, que la beauté divine de la vie de Jésus soit une fois révélée au cœur jeune, que les vérités divines que Jésus a enseignées une fois prennent possession
de l'esprit juvénile, et le scepticisme, bien qu'il puisse après ans troubler les pensées, ne pourra jamais entrer dans la citadelle de l'âme, ni troubler sa foi immuable, Une fois ayant vécu de la nourriture céleste,


il faut bien être des enfants prodigues bien endurcis pour désirer comme nourriture les détritus dont se nourrissent les  porcs. Et si par l'égarement du péché nous devenons prodigues, le souvenir de nos premiers
souvenirs d'enfance chrétienne demeurent en dormance jusqu'à ce que nous disions dans notre cœur : Nous nous lèverons et irons vers notre père.
Cette instruction précoce ne peut pas être éradiquée. Le caractère en a été formé ; et, par la grâce de Dieu, la « vie en Christ » s'est incarnée dans la jeune âme. Avec un tel devoir qui leur incombe, et compte tenu de la redoutable responsabilité, les parents peuvent bien s'exclamer : « Qui est suffisamment  fort pour de telles choses ?
Nous ne pouvons que répondre, dans le langage de l'apôtre : « Grâces soient rendues à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus-Christ. Le chemin du devoir et de la responsabilité,
parental, bien que pénible, doit être escaladé; et, si les parents le parcourent avec une confiance inébranlable en Dieu, leurs pieds se poseront sur « ces sommets ensoleillés où
les tentateurs ne viennent jamais au-dessus de tous les tracas et de tous les soucis, au-dessus même des nuages ​​et des tonnerres, où ils attrapent les pures lueurs de la terre de paix et
avoir le gage de Son repos bienheureux."

Pascal Cusson

www.sondezlesecritur.com