RÉJOUISSEZ-VOUS! #1
(un mot de résolution pour le nouvel an #1)
Eh oui, la première semaine de l'année nouvelle  vient d’être entamée ; et j’ai pensé, chers amis, que cette période est particulièrement bien choisie pour parler
des résolutions du nouvel an.
Noël est déjà passé. D’un côté, je suis content que Noël soit terminé, car j’étais bien stressé et j’avais peur d’avoir oublié quelqu’un dans ma distribution
de cadeaux et de cartes de souhaits, mais, mission accomplie, je n’ai oublié personne! Mais, ce qui m’attriste, c’est de constater que les gens oublient
de plus en plus que Noël est la fête de Jésus incarné en chair, pour ne plus y voir qu’une fête commerciale. Pour ma part, en donnant mes cadeaux à mes
amis, je n’ai pas oublié de leurs parler du Sauveur. Ce serait bien si tous les chrétiens agissaient ainsi… Car même les bons moments du temps des fêtes
ne doivent pas nous faire oublier notre mission qui consiste à évangéliser le monde !
Bon, Noël et son cortège de sapins de lumière multicolores et de cadeaux est derrière nous… Concentrons-nous donc désormais sur le nouvel an et recentrons
toute notre attention sur le Christ ! Certains me diront : « Oui, mais comment faire pour concentrer mon attention sur Christ tout au long de l’année ? »…
Eh bien, pour parvenir à ce résultat, nous devons garder toute l’année en nos cœurs l’esprit de Noël, c’est-à-dire la joie de savoir qu’un Sauveur nous
a été donné pour nous racheter de nos péchés et nous ouvrir les portes du ciel ! Il y a bien d’autres résolutions que nous pouvons prendre, mais c’est
celle-là dont je veux vous entretenir particulièrement :  nous devons tous prendre la résolution de nous réjouir et vivre chaque jour de l’année débutante avec
l’esprit de Noël en nos cœurs !
Mais sachez que la réjouissance est bien plus qu’une simple énoncée du genre « Je suis heureux aujourd’hui! ». Si vous êtes prêts à vous résoudre à tenir
fermement cette résolution d’éprouver de la joie tous les jours en cette nouvelle année, ce sentiment devra non seulement fleurir sur vos lèvres par vos paroles joyeuses,
mais aussi être répandu dans votre cœur, votre pensée, vos actions. Cette manifestation de la joie doit devenir pour vous une attitude permanente à adopter,
et non pas uniquement une attitude de circonstance.
La Bible parle souvent du fait qu’il faille se réjouir. Dans l’Ancien Testament, c’est le mot hébreu « samach » (car cette langue est celle dans laquelle
l’Ancien Testament fut écrit à l’origine) ; ce mot signifie « être heureux », « être joyeux », se réjouir ». Dans le Nouveau Testament, c’est le mot grec
« chairo » (car le grec est la langue d’origine du N.T.), qui est employé ; il signifie :  « moyens pour être heureux » ou « être heureux ».
La Bible parle du fait que nous devons nous réjouir et qu’il faut nous remémorer ces moments de réjouissance. À titres d’exemples, nous voyons :  Dans
Deutéronome 12 :7b :  « Et vous mangerez là devant l'Éternel votre Dieu, et vous vous réjouirez, vous et vos familles, de toutes les choses auxquelles
vous aurez mis la main et dans lesquelles l'Éternel ton Dieu t'aura béni. » ; autrement dit,  réjouissons-nous des choses que Dieu nous donne à faire en
cette nouvelle année. En Deutéronome 26 :11a et c, nous lisons :  « Et tu te réjouiras, toi, de tout le bien que l'Éternel ton Dieu t'aura donné ainsi qu'à ta maison. » ;
 oui, en effet, que voilà une bonne raison de se réjouir, que celle des bienfaits à nous accordés par Dieu !
Mais… qu’en est-il lorsque de mauvaises choses nous arrive ? Pouvons-nous quand même nous réjouir ? Que faire, quand nous constatons l’augmentation du
chômage, du prix des denrées de base, du nombre et de l’ampleur des catastrophes naturelles, l’augmentation du nombre de chrétiens qui retombent dans le
monde suite à une volonté trop faible envers la chair ou à un grand découragement face à l’indifférence des gens vis-à-vis le message biblique, comme le
triste exemple que furent les dernières années dans tous ces domaines ? Pouvons-nous sérieusement nous réjouir quand nous traversons une période de notre vie où c’est la
tristesse plutôt que la joie qui prédomine ?  Eh bien, lisons ensemble ce que l’apôtre Paul a à nous dire à ce sujet, lui qui savait ce qu’étaient les
épreuves ! En 2 Corinthiens 6 :4-10, il dit :  « Mais nous nous rendons recommandables en toutes choses, comme des ministres de Dieu, dans une grande patience,
dans les afflictions, dans les tourments, dans les angoisses,  Dans les blessures, dans les prisons, dans les séditions, dans les travaux, dans les veilles,
dans les jeûnes,  Dans la pureté, dans la connaissance, dans la longanimité, dans la douceur, dans le Saint-Esprit, dans une charité sincère,  Dans la
parole de vérité, dans la puissance de Dieu, dans les armes de la justice, que l'on tient de la droite et de la gauche,  A travers l'honneur et l'ignominie,
à travers la mauvaise et la bonne réputation;  Étant regardés comme des séducteurs, quoique véridiques; comme des inconnus, quoique connus; comme mourants,
et voici nous vivons; comme châtiés, et non mis à mort;  Comme affligés, mais toujours joyeux; comme pauvres, mais enrichissant plusieurs; comme n'ayant
rien, quoique possédant toutes choses. ». L’expression qui me frappe dans ces versets et qui les résume, est la suivante : « à travers l’honneur et l’ignominie ».
Autrement dit, ce qui nous arrivera en 2006 n’a pas vraiment d’importance. Si nous avons une attitude reflétant la joie de l’esprit de Noël tout au long
de l’année qui vient, nous parviendrons à éprouver de la joie même dans les pire moment qu’elle nous réserve. Philippiens 4 :4 nous dit, quant à lui :
« Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur; je le dis encore: Réjouissez-vous. » Et 1 Thessaloniciens 5 :16 nous dit :  « Soyez toujours joyeux. ». Je
pense que l’intention de la Bible est de nous dire qu’il n’y a pas de temps inopportun pour se réjouir même dans les circonstances les plus pénibles.
En Matthieu 5 :11, Jésus a dit :  « Vous serez heureux lorsqu'à cause de moi on vous dira des injures, qu'on vous persécutera, et qu'on dira faussement
contre vous toute sorte de mal. ». « Vous serez heureux » n’est-elle pas une expression synonyme de « réjouissez-vous ! » ?… Au verset 12, il enchaîne :
« Réjouissez-vous et tressaillez de joie, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car on a ainsi persécuté les prophètes qui ont été avant
vous. ». Cette promesse ne vaut-elle pas la peine de souffrir ici-bas quelques petites misères de la part de gens qui, eux, vivront une éternité bien plus
malheureuse que la nôtre ?…
Oui, je sais… ce n’est pas facile d’endurer les vexations, les insultes, et les calomnies (c’est-à-dire le fait de dire des choses qui ne sont pas vraies
nous concernant), mais nous devons le faire quand même, surtout nous qui sommes chrétiens. L’arène qu’est le monde renferme bien des pièges et des fauves
désireux de nous déchirer afin que nous ne puissions ou n’ayons plus le goût de suivre le Christ et de proclamer son Évangile salvateur. Mais nous devons
persévérer et, en plus, nous devons le faire dans la joie, car ceci est notre responsabilité, surtout dans le domaine du spirituel !
L’apôtre Pierre, quant à lui, nous dit, dans sa première épître au chapitre 1 des versets 3 à 9 :  « Béni soit le Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ,
qui, selon sa grande miséricorde, nous a fait renaître, pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus-Christ d'entre les morts,  Pour un héritage
incorruptible, sans tache, inaltérable, et réservé dans les cieux pour nous,  Qui, dans la puissance de Dieu, sommes gardés par la foi, pour le salut,
qui est prêt à être manifesté dans les derniers temps.  En cela vous vous réjouissez, quoique vous soyez maintenant attristés pour un peu de temps par
diverses épreuves, puisqu'il le faut,  Afin que l'épreuve de votre foi, plus précieuse que l'or périssable, qui pourtant est éprouvé par le feu, vous tourne
à louange, à honneur et à gloire, lors de l'avènement de Jésus-Christ,  Que vous aimez, sans l'avoir connu, en qui vous croyez, sans le voir encore, et
vous vous réjouissez d'une joie ineffable et glorieuse,  Remportant le prix de votre foi, le salut de vos âmes. ».
L’année qui commence ne sera pas parfaite, bien sûr ! Tout ne s’y déroulera pas au mieux pour nous bien évidemment ! Mais chaque fois que nous souffrirons, souvenons-nous
que nous avons en même temps la possibilité de nous réjouir. En Actes 5 , nous voyons les apôtres se faire arrêter, comparaître devant le sanhédrin, puis
fouetter à cause de leur foi, avant d’être relâchés. Au verset 41, il est dit :  « Eux donc se retirèrent de devant le Sanhédrin, remplis de joie d'avoir
été jugés dignes de souffrir des opprobres pour le nom de Jésus. ». Cela signifie simplement que, lorsque tout tourne mal, si vous et moi adoptons une
attitude joyeuse, celle-ci va se changer en une véritable joie nous poussant à louer Dieu !
Cela semblera sans doute contradictoire à la majorité de mes lecteurs, que je dise que nous pouvons éprouver en même temps de la tristesse de la douleur
et de la joie… mais cela est pourtant possible ! Mais, attention… Il y a une distinction à faire… Je ne parle pas ici de la fausse joie manifestée par
un sourire arboré de force quand cela va mal juste pour avoir l’air courageux ou indifférent face à la tristesse ou à la douleur. Non… Moi, je parle du
type de joie que l’apôtre Paul manifesta même lorsqu’il fut en prison, qu’il manqua se noyer, lorsqu’il passa des périodes difficiles durant lesquelles
il n’avait pas de quoi être heureux. Je parle de sa bonne attitude face à tout ce qui lui était arrivé ; il refusait de se laisser abattre, il préférait
plutôt manifester de la joie, car il savait ce que sa persévérance lui réservait dans l’autre monde, et que cela vallait bien la peine et, qu’au surplus,
que c’était bien de souffrir pour l’amour et la gloire de Dieu. Son attitude nous est clairement rapportée dans les propos qu’il tint en Romains 8 :28 :
« Tout concourt au bien de celui qui aime Dieu. ».
Faisons nôtre cette maxime de Paul, et l’année présente nous paraîtra bien moins hostile, et nous auront ainsi une arme spirituelle défensive supplémentaire
à ajouter à notre arsenal de soldats du Christ !