VERSETS :  Luc 1 :39-56
COMMENTAIRE :  UN GRAND BONHEUR SE PRÉPARE
C’est avec hâte que Marie traverse tout le pays d’Israël pour se rendre en Judée. S’agit-il d’une fugue de chez ses parents, d’une fuite, d’un besoin de
réconfort, de confirmation ?… La révélation faite à Marie ne peut laisser indifférent. Même si la promesse est grande, elle plonge Marie dans une situation
bien difficile à gérer, et qui ne peut être éludée si facilement. Il faudra que Dieu intervienne pour que Joseph joue le jeu (pas de quoi pavoiser)… Du
côté d’Élisabeth, lasituation n’est guêre plus facile, elle qui 5 mois durant cache sa grossesse. Hors ce jour-là, une porte s’ouvre, une salutation familiaire
se fait entendre. Premier signe de l’accomplissement de la promesse : l’enfant bouge, et c’est le Saint-Esprit qui est à l’œuvre.
Jusqu’à maintenant, seul un être surnaturel (l’ange Gabriel) avait transmis la promesse ; hors désormais, Élisabeth sera le premier être humain à l’appréhender
et à la reformuler avec exactitude, de par sa situation et son vécu. Grâce à l’aide d’Élisabeth, Marie pourra enfin s’approprier les paroles de l’ange
Gabriel pour sa propre vie, et exprimer cette promesse avec ses propres mots.
Puissions-nous être des Élisabeths pour notre entourage, aidant l’autre à trouver un sens aux promesses de Dieu. La perspective de la vie transmise aux
hommes et la participation aux projets de Dieu, sont source de louanges. Cela demande écoute, attention, sensibilité, flexibilité, dans notre emploi du
temps. La capacité d’accueil (3 mois durant), nous rappelle qu’il est important de ne pas saturer nos agendas. Gérer son temps, c’est aussi gérer sa propre
disponibilité.
POUR ALLER PLUS LOIN :
De ce temps d’isolement, Marie ne préfigure-t-elle pas le Christ qui devra passer par la croix pour que la promesse s’accomplisse ?