(article)
(article)
LA HÂTE DES ENFANTS
Par Jocelyn Mitchel
(texte légèrement condensé)
C'est bien connu, les enfants ont hâte à la fête de Noël. L'inévitable Père Noël, mais aussi les cadeaux attendus, les repas spéciaux, l'abondance des
décorations lumineuses ; avec, pour un petit nombre, le petit Jésus de la crèche… Tout cela crée une atmosphère de féerie à laquelle ils ne peuvent résister.
Les commerçants le savent, et n'épargnent aucun moyen pour attiser en eux (longtemps d'avance) cette frénésie de la fête!
Quant aux adultes, ils se plaindront peut-être de la fatigue des préparatifs, du magasinage, des réceptions à préparer. Mais, au fond, malgré ces bémoles
dans l'enthousiasme, "l'enfant" (plus ou moins reconnu en eux) se retrouverait dans un grand vide si Noël et sa période de festivités n'existait plus…
Même pour les croyants, Jésus nous avertit qu'il faut être comme des enfants pour savoir accueillir la Bonne Nouvelle de l'Évangile (cf. Luc 18:17). Ça
veut dire que nous ne pouvons goûter la vraie joie de Noël, sans réveiller en nous la capacité de nous laisser émerveiller en célébrant un événement dont
les répercussions dépassent nos attentes et restent encore bien présentes dans notre monde et nos vies bousculées.
S'il est vrai que Dieu en Jésus s'est fait petit-enfant, avec la fragilité et les besoins de tous les enfants du monde, c'est aussi vrai que toutes nos
vies humaines (malgré leurs souffrances et leurs pires échecs) gardent une valeur et une dignité que rien ne peut enlever.
La naissance de Jésus est le signale donné par Dieu, pour nous dire qu'Il est solidaire de nos quêtes de bonheur et qu'Il reste bien avec nous (Emmanuel)
pour nous y entraîner malgré les plus grands obstacles!