Éprouvez Les Esprits Partie 3 sur 3 - Les moyens de tester



Jean a fourni à ses lecteurs du premier siècle un test spécifique: "Connaissez par la présente l'Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse que Jésus-Christ est venu dans la chair est de Dieu; et tout esprit qui ne confesse pas Jésus n'est pas de Dieu" ( 1 Jean 4: 2-3a). La reconnaissance de l'incarnation est un test de vérité. John écrivait pour lutter contre le gnosticisme naissant, qui enseignait comme l'un de ses dogmes fondamentaux que l'esprit est entièrement bon et que la matière est entièrement mauvaise. Par conséquent, les Gnostiques ont nié la possibilité que Dieu puisse s'incarner dans un corps physique. Alors que le gnosticisme n'est plus la menace pour le peuple de Dieu comme il l'était autrefois, ce test spécifique est toujours important pour les chrétiens d'aujourd'hui. Quiconque nierait que Jésus était pleinement Dieu et pleinement homme sur terre n'a pas Dieu en lui.

Ainsi, le judaïsme, l'islam, le mormonisme et les doctrines des Témoins de Jéhovah doivent être rejetés, parce que leur "Jésus" n'est pas le Jésus que nous lisons dans la Bible. Mais puis-je aussi dire, aussi charitablement que je peux, que, à tout le moins, certaines des trompettes parmi nous semblent souffler un son incertain (1 Cor. 14: 8) en ce qui concerne la divinité et l'humanité de Jésus.

John a également fourni à ses lecteurs du premier siècle un test générique. "Nous sommes de Dieu: celui qui connaît Dieu nous écoute; celui qui n'est pas de Dieu ne nous écoute pas. Par cela nous connaissons l'esprit de vérité et l'esprit d'erreur" (1 Jean 4: 6).

Jean dit que ceux qui connaissent Dieu entendent les apôtres. Les deux verbes «connaît» et «entend» sont au présent qui dénote une pratique continue. Nous ne pouvons pas déterminer la vérité par la personnalité, le caractère ou la capacité de l'enseignant, par le "succès" de son travail, en priant Dieu, par le "témoignage intérieur" de l'Esprit, ou par nos propres sentiments et impressions, etc. Nous distinguons l'esprit de vérité et l'esprit d'erreur selon que l'homme prêche et pratique ou non la doctrine des apôtres (Gal. 1: 6-10; 1 Jn. 2:24).

Par conséquent, puissions-nous être comme nos bien-aimés frères  que les Béréens d'autrefois reçoivent la parole avec une entêtement d'esprit et examinent quotidiennement les Écritures pour voir si les choses qui nous sont enseignées le sont (Actes 17:11).


Pascal Cusson

www.sondezlesecritur.com