Lisez préalablement dans votre Bible :  Matthieu 12.1-8.


VOL OU VIOLE ?


      Une faute par rapport à la Loi :
      Ils (les disciples de Jésus) violent le repos du sabbat, tel que les
Pharisiens le comprenaient. Et quand les Pharisiens interviennent, ce
n'est pas pour le vol des épis, mais pour le viole d'une de leurs lois
établie pour faire observer scrupuleusement les commandements de Dieu.
Comme si Dieu avait besoin d'un coup de main pour renforcer les exigences
de Sa loi !

      Le fond du problème :
      La pointe de l'argumentation de Jésus va bien au-delà d'une
discussion sur la transgression d'un article de la Loi. Cet épisode
introduit tout le chapitre, dont le sujet est centré sur l'identité de
Jésus.

      "Qui penses-tu être, pour agir de la sorte ?" :
      Jésus répond :  "Il y a ici plus grand que le temple.". Par les
références à David et aux sacrificateurs, Jésus se situe dans la
descendance royale mais aussi sacerdotale. Il peut donc être maître du
sabbat, c'est-à-dire en donner le sens, voire en changer le sens.

      Amour toujours :
      Tous les sacrifices, l'observation des rites religieux, la
participation aux fêtes, la stricte observation de la Loi, ont eu par le
passé une certaine valeur pour aider les gens à servir Dieu. Mais, ce qui
importe le plus aujourd'hui, c'est la miséricorde :  l'amour qui se
préoccupe des besoins des autres.

      Pensée :
      Je remarque le verbe utilisé par le prophète Osée cité par Jésus "je
veux la miséricorde" (je veux). Comme le dit si bien un vieux cantique :
"fais-moi vouloir ce que tu veux".

      La pensée du jour :
      ® Tes disciples font ce qui n'est pas permis de faire. ¯
En d'autres mots, les Pharisiens veulent dire :  "Le règlement, c'est le
règlement. Force doit rester à la loi. Si on
commence à faire des passes-droits, on en sortira jamais !"
C'est toujours plus facile de voir la paille dans l'oeil de notre
prochain, que d'ôter la poutre qui est dans le nôtre !