Nouveaux commencements par Pascal Cusson



"Moïse, mon serviteur, est mort; maintenant lève-toi, traverse ce Jourdain, toi et tout ce peuple, vers le pays que je leur donne, aux fils d'Israël."
Josué 1: 2


Josué a été un fidèle serviteur de Moïse et de Dieu pendant des années. Moïse était mort et Josué avait vu tous ses contemporains, à l'exception de Caleb, mourir dans le désert pendant une période de quarante ans. C'était une nouvelle génération et il y avait une relève de la garde! Josué devait prendre le manteau de Moïse et faire avancer le peuple de Dieu dans la terre promise. Le vieux s'effaçait au loin et il y avait devant lui la porte du futur. Sans doute, la peur était présente et des doutes ont surgi quant à sa capacité à chausser les chaussures de Moïse. Après tout, Moïse avait été utilisé par Dieu pour faire des choses incroyables; des choses jamais vues auparavant, comme les fléaux de la délivrance de l'esclavage, la séparation de la mer Rouge, la guérison des morsures de serpents mortels, la manne du ciel, l'eau d'un rocher, la construction du tabernacle , la tente de rencontre où Dieu lui parlerait face à face, les combats livrés et la remise des Dix Commandements au peuple élu.

Qui pourrait chausser de telles chaussures? Qu'est-ce qui l'attendait en suivant Dieu? Quelles nouvelles batailles nous attendent? Moïse avait enterré sa femme pendant sa direction du peuple avec d'innombrables autres et il a perdu le privilège de mener le peuple dans la terre promise après avoir erré avec lui pendant quarante ans. Si Moïse avait payé un si grand prix juste pour les conduire dans le désert, quel serait le prix à payer par Josué à l'avenir pour les mener au combat pour la terre que Dieu avait promise?

Alors que l'ancien a touché à sa fin il y a quelques semaines et que le nouveau commence à émerger autour de nous, des vagues de doutes remplis de peur peuvent submerger le cœur alors qu'il contemple l'inconnu de ce qui nous attend. Nous regardons en arrière, souvent avec regret, des jours qui se sont écoulés en un clin d'œil et prions pour que l'année présente soit meilleure. Nous restreignons souvent nos décisions en fonction de nos limites plutôt qu'en les basant sur la puissance illimitée de Dieu. Je suis sûr que la première pensée de Josué aurait pu être; "Par où je commence?" Mais Dieu a rendu les choses très simples pour Josué, comme Il le fait pour nous. Il lui a dit deux choses à faire, oui seulement deux: se lever et traverser. Josué ne pouvait pas rester où il était et accomplir le but que Dieu avait pour sa vie. Il ne pouvait pas se vautrer dans l'apitoiement sur soi, le chagrin ou la peur, réciter une liste d'excuses ou attendre un moment plus opportun pour émerger. Il devait choisir de se lever, de remuer son cœur, d'agir selon les ordres du Seigneur auquels il allait obéir à tout ce qu'Il lui avait dit de faire. Refuser de se lever et d'avancer vaincra l'enfant de Dieu qui désire répondre à l'appel de Dieu dans sa vie. Le courage n'est pas l'ami de l'hésitation.

La deuxième chose que Joshua devait faire était de traverser le Jourdain. Ce fleuve était la seule chose qui se tenait entre le peuple de Dieu et le pays de Canaan. Sortir dans les eaux de la foi a permis à Josué et au peuple d'Israël de traverser leur appel de Dieu. Il ne pouvait pas permettre au Jourdain de l'empêcher d'obéir à Dieu, même si cela semblait impossible à surmonter. Il a dû laisser le "comment" à Dieu.

Quand ils sont entrés dans cette eau, Dieu l'a asséchée devant eux. Après tout, Il a séparé une mer entière pour eux; Il pouvait sûrement séparer une rivière. Dieu prend nos Jourdains et les sèche devant nous lorsque nous avançons dans la foi avec Lui. C'était la première étape de l'obéissance qui a ouvert la voie à traverser. Si nous ne pouvons pas affronter les eaux des difficultés du pays du confort, comment affronterons-nous jamais les ennemis du pays de la guerre contre Satan et ses suppôts ? Dieu vous rencontrera toujours à votre lieu d'obéissance.

Il y a de nouvelles batailles devant nous, de nouveaux ennemis à affronter, des peurs à conquérir, de nouvelles terres à fouler et des murs à abattre. Avec cette nouvelle année devant nous, bien-aimés, disons avec l'apôtre Paul, "… Une chose que je fais: oublier ce qui se cache derrière et aller de l'avant vers ce qui nous attend" (Philippiens 3:13). Lève-toi, bien-aimé de Dieu, sors dans les eaux de la foi et contemple la puissance de Dieu pour te faire entrer dans le pays!

Alors, êtes-vous prêts à affronter vos Jourdains personnels et à remporter le bon combat de la foi pour votre mieux-être et pour SA gloire ?