UNE RÉFLEXION POUR JANVIER

 

Par Paul de Velse

 

(texte reproduit à partir d'un enregistrement audio de l'Amicale Protestante "La Cause de janvier 2000")

 

 

Janvier, le temps des vœux. Devant nous, s'ouvre une année toute nouvelle. Et même, s'il faut en croire quelques esprits tâtillons, avec un an de retard à l'allumage, un nouveau siècle et un nouveau millénaire. Que de nouveautés en un seul jour !

 

Cela nous remet en mémoire que les mots "nouveau" et "nouvelle" ont une importance particulière non seulement dans le Nouveau Testament, mais aussi dans l'Ancien. L'Évangile lui-même est une nouvelle :  la Bonne Nouvelle ; celle de la grâce et du salut.

 

Mais Jésus, qui promet à tous ses disciples de partager avec eux dans le Royaume le vin nouveau de la grâce, de l'amour fraternel et de la communion, nous met en garde :  "on ne met pas le vin nouveau dans de vieilles outres" (Matthieu 9.17). Or, c'est bien là ce que nous sommes. De vieilles outres gonfflées de certitudes, de suffisance et de vanité. Des outres raccornies par les préjugés, les dogmes, la religion établie, les grands principes. Des outres, dont l'ouverture s'est de plus en plus rétrécie au fil des ans, des expériences et des désillusions.

 

Dans un merveilleux poème, Stéphane Mallarmé compare l'homme à un cygne :  "... rêves d'évasion, d'envole, d'idéal et d'absolu ; rêves de pureté, de grâce et de blancheur immaculée". Mais le cygne de Mallarmé reste entravé dans le lac gelé du passé, des habitudes, des relations devenues des chaînes. Sa vie est un exil inutile. Ses espoirs des vols qui n'ont pas fuient. Inutilité, vanité. Nous retrouvons l'Ecclésiaste :  "ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera, rin de nouveau sous le soleil... vanité des vanités, tout est vanité" (Ecclésiaste 1:2,9).

 

Mais Jésus nous libère de nos chaînes. Il nous fait vivre en nouveauté de vie. Il nous donne un commandement nouveau et fait de nous, après une nouvelle naissance, de nouvelles créatures. Dès lors, nous sommes prêts, comme le psalmiste, à chanter un cantique nouveau. Nous obéissons à ce vœu du prophète Osée :  défricher des cahamps nouveaux. Avec le visionnaire de l'Apocalypse, nous attendons :  la nouvelle Jérusalem, de nouveaux cieux et une nouvelle terre.

 

Que cette nouvelle année soit pour nous l'occasion de nous libérer de toutes nos servitudes. Afin d'accueillir avec des cœurs neufs, le vin nouveau de la grâce et de la vie éternelle.