Une autre sortie d’Égypte

La sortie des israélites d’Egypte avait un but didactique pour l’humanité. Leur
captivité représentait celle des serviteurs de Dieu sous le régime anarchique de
Satan. Le sang de l’agneau égorgé avec lequel les israélites devaient asperger les
montants de leurs portes la veille de leur sortie d’Egypte le 14 Nisan, le jour de
la Pâques, représentait le sacrifice messianique qui épargnerait ceux qui y
manifesteraient leur foi en suivant les commandements de Dieu. Nous lisons,
par exemple, en Luc 22, à partir du verset 7 :

« Vint alors le jour des gâteaux sans levain, où l’on devait sacrifier la
(victime) pascale (…) Quand finalement l’heure fut venue, il s’étendit à
table, et les apôtres avec lui (…) Et acceptant une coupe, il rendit grâce et
dit : « Prenez ceci et faites-le passer de main en main parmi vous.

(…) Il prit aussi du pain, rendit grâce, le rompit, et le leur donna en
disant : ‘Ceci représente mon corps, qui doit être donné pour vous (…) De
même, la coupe aussi, après qu’ils eurent pris le repas du soir en disant :
‘Cette coupe représente la nouvelle alliance en vertu de mon sang, qui
doit être répandu pour vous. »

Le livre de l’Apocalypse le confirme à travers les propos des 24 anciens et les
quatre créatures vivantes. Parlant de Jésus, ils disent :

« Tu es digne de prendre le rouleau et d’en ouvrir les sceaux, car tu as
été égorgé, et avec ton sang tu as acheté pour Dieu des personnes de
toute tribu et langue et peuple, et nation. »


Similitudes entre la sortie d'Égypte et la fin du règne de Satan


Les similitudes entre la sortie des israélites d’Égypte et la sortie des serviteurs de
Dieu du régime de Satan sont importantes. Moïse et Aaron ont été envoyés au-
devant des israélites pour les faire sortir de la captivité et les guider vers le pays
promis. Ils annonçaient des plaies sur tout le pays d’Égypte. L’Apocalypse
affirme que les deux témoins feront aussi venir des plaies sur les habitants de la
terre. On lit en Apocalypse 11 à partir du verset 3 :

« Et je ferai prophétiser mes deux témoins vêtus de sac pendant mille
deux cent soixante jours. Ceux-ci sont symbolisés par les deux oliviers et
les deux porte-lampes (…) Ils ont le pouvoir sur les eaux pour les changer
en sang et de frapper la terre de toutes sortes de plaies, aussi souvent
qu’ils le voudront. »

Ces paroles sont dites pour mettre en évidence la ressemblance de la sortie des
israélites d’Egypte avec celle des serviteurs de Dieu de la captivité sous le
régime de Satan. Certaines des plaies que Dieu fit venir sur l’Égypte (la grêle, le
sang, les furoncles, les sauterelles, les ténèbres, les grenouilles, la mort)
ressemblent aux sept plaies de l’Apocalypse, plaies annonciatrices de la fin du
pouvoir de Satan et l’entrée de l’humanité sous le gouvernement messianique.

La grêle : « Et le premier a sonné de la trompette. Et il se produit de la
grêle et du feu mêlé de sang (…) Apocalypse 8:7.

Apo. 16:21 déclare aussi : « Et toute île s’est enfouie et les montagnes n’ont
pas été retrouvées. Et une grande grêle – chaque grêlon du poids d’un
talent environ, – est descendue du ciel sur les hommes (…)

Le sang : les eaux du Nil avaient pris la couleur du sang. Or Apocalypse 8:8
déclare : « Et le deuxième ange a sonné de la trompette (…) Et le tiers de
la mer est devenu du sang (…) (Voir aussi Apo. 16:4)

Les furoncles : « Et le premier s’en est allé, et a versé son bol sur la terre,
et un ulcère mauvais et malin est venu sur les hommes qui avaient la
marque de la bête et qui adoraient son image. Apo. 16:2 et 11.

Les sauterelles : « Et le cinquième ange a sonné de la trompette. Et j’ai
vu une étoile qui était tombée du ciel sur la terre, et on lui a donné la clé
de la fosse de l’abîme (…) Et une fumée est montée de la fosse (…) Et de
la fumée sont sorties des sauterelles sur la terre (…) » Apo. 9:1 à 3.

La mort : « Et le tiers des hommes ont été tués par ces plaies. Apo 9:18.

Les ténèbres : « Et le cinquième a versé son bol sur le trône de la bête, et
son royaume s’est enténébré.

Les grenouilles : Même si la plaie relative aux grenouilles n’est pas clairement
citée en Apocalypse, on entrevoit néanmoins une volonté de s’y référer. Car au
sixième bol, ou coupe, qui sont la réalisation des trompettes, Jean déclare :

« Et j’ai vu sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et
de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs ressemblant à des
grenouilles. »

Pharaon symbolisait le chef de ce monde sous le régime duquel les serviteurs
de Dieu sont contraints de vivre comme en captivité. De toute évidence, les
vrais serviteurs de Dieu ne seront pas ceux qui dominent dans le monde de
Satan au temps de la fin, comme l’islam l’encourage ; allant même jusqu`à
faire payer un impôt religieux aux autres, et les opprimer.
Même le nombre d’années que les descendants d’Abraham allaient passer en
Egypte, à savoir 400 ans, ne semble pas avoir été choisi au hasard. Car une
année comptait 360 jours dans les prophéties. 360 jours fois 400 ans donnent
144 000 jours.