Dépression de Noël et sucreries par Pascal Cusson (texte pour l'Avent)


Et il sera appelé Conseiller merveilleux, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix (Ésaïe 9: 6, NIV).


J'adore les traditions des Fêtes. Chaque année, les membres de ma famille et moi nous nous pomponnons pour assister à des concerts de Noël dans une église locale ou une autre dans notre région, et étant bien sapés, nous en profitons pour prendre des photos en famille devant le sapin ou bien avec nos frères et soeurs en Christ. Maman est bien heureuse de porter ses plus belles tenues, mes soeurs également. Moi, je déteste les chemises boutonnées au cou et aux poignets ainsi que les foutues cravates, sans parler des chaussure du style nommé habillé qui me font un mal de chien aux pieds ! Mais je le fait quand même pour plaire à maman afin qu'elle n'est pas honte de moi et également pour que mes soeurettes d'amour me disent encore une fois que je suis le plus beau mec de la soirée ! Ces moments en famille et en fraternité nous rendent heureux et joyeux et, me semble-t-il, ce temps spécial de l'année n'en est-il pas un ou nous devrions ne ressentir que bonheur et envie de rire et de chanter ?

Durant cette période surchargée de tâche, il m'arrive cependant de ne pas éprouver de joie. C'est ridicule, je le sais bien, car on chante des cantiques parlant justement de la joie de Noël ! Mais tous les fa la la la la du monde ne change rien au fait que je déprime souvent durant le temps des fêtes.

Il y abeaucoup de raison pour cela et je ne vais pas toutes vous les énumérer ici, mais je vais vous en nommer quelques unes.., parce que je sais que je ne suis pas le seul à éprouver les blues à Noël...

Je ne suis pas psycho-thérapeute, mais un humble serviteur de Dieu qui se bat dans les tranchées du quotidien et dans celles du combat chrétien, et qui n'a pas peur de se confier à vous en toute franchise et humilité chers amis lecteurs. Mais je suis surtout là pour vous parler de "Celui qui sait tout et qui peut tout".

Voici donc quelques trucs qui me pèse à Noël...

Attentes élevées :  Faire tout pour aider ma mère malgré ma cécitée totale. Espoir que le sapin soit beau et magnifiquement décoré. Briquer sa demeure à fond pour que tout reluise de propretée pour le Réveillon pour pouvoir recevoir dignement le reste de la famille et pouvoir prendre de super belles photos de groupe dans un décor niquel et festif. Tout cela me cause du stress !

La famille :  Il va sans dire que c'est sans parler des invitations pour ne pas faire d'impaire car comme dans toutes les familles on ne peut pas mettre certains de ses membres avec certains autres sans que cela ne cause des frictions. Les petits à emmener dans un hyper-marché pour aller voir le Père Noël et se faire prendre en photo avec le barbu vêtu de rouge; oh là là, certains petits sont contents émerveillés et coopératifs, mais d'autres pleurent et font des crises, car ils ont peur de lui ! Où allons-nous passer le matin de Noël ? Allons-nous pouvoir avoir le temps de visiter tous les papys et mamys ainsi que tous les beaux-parents, sans compter oncles et tantes ainsi que cousins et cousines qui organisent eux aussi leurs partys du Temps Des Fêtes et qui veulent tous que nous y soyons ? Je veux bien plaire à tous, mais au fond, je préférerais davantage rester à la maison, les pieds sur la table du salon à écouter un bon film ou de la musique, mais si je faisais cela, je sais que j'éprouverais de la culpabilité et cela augmente ma déprime... Il ne faut pas non plus que j'oublie que je suis serviteur de Dieu, donc je dois préparer sermons, études bibliques, écoles du dimanche, écrire pour mon blogue chrétien, et j'en passe...

Le sucre :  Quand je déprime, je me gave de sucreries, cela me remonte le moral pour un temps et me redonne ma joie de Noël pour un temps trop bref. Alors je me dispute moi-même puisque le sucre est mauvais pour la santé. Au fond, je sais bien que le véritable boost utile pour me remonter le moral, c'est Jésus-Christ !

Lorsque je me remémore cela, allez hop, fini la déprime et le faux sentiment de contentement apporté par les sucreries, je cours vers le seul et vrai consolateur, Celui qui peut en tout temps de l'année soulager chagrins et douleurs de l'âme. Faites comme moi, vous verrez, vous vous en trouverez infiniment mieux dans votre peau et dans votre tête !

Le mauvais et le bon thérapeutes :  Dans leurs moments de tristesse, certains vont voir en courant un type de thérapeute nommé Centre Commercial pour se remonter le moral et faire avec lui une thérapie nommée séance de shoping. Mais ce n'est pas le  thérapeute qu'il leurs faut !
Dans un des passages bibliques de Noël les plus connu, Ésaïe a prophétisé que le Messie serait appelé "Merveilleux Conseillé."
Il a dit vrai, car le Christ est là en tout temps pour nous prendre dans ses bras aimant pour sécher nos larmes, écouter nos malheurs, nous remonter le moral et par l'entremise de l'Esprit Saint nous donner de bons conseils pour nous aider à nous sortir de nos problèmes et ou soucis. Et ce qui est le plus beau, c'est que c'est Lui-Même qui a déjà payé le prix de nos consultations par Son sang salvateur ! Donc, ne désespérer plus, car Christ est là et donne espoir et paix dans le coeur, à chaque jour et à chaque heure !

Alors, durant ce Temps Des Fêtes, au lieu de nous rabattre sur les sucrerie pour nous sentir moins déprimés, appuyons sur la pédale du frein le concernant, et appuyons à fond sur la pédale de l'accélérateur et fonçons avec la joie dans le coeur à la rencontre quotidienne de notre Merveilleux Seigneur !


Pascal Cusson, 11 décembre 2019.

www.sondezlesecritur.com