Le point de vue de Jésus sur la guerre


Il ne fait aucun doute que Jésus condamnait les guerres. Certains, néanmoins,
se sont servis de quelques rares versets de l’évangile pour justifier la guerre,
ou pour montrer que Jésus ne la désapprouvait pas. L’un des versets choisis
est Matthieu 10 : 34 où Jésus déclara :

« Ne pensez pas que je sois venu mettre la paix sur la terre. Je suis
venu mettre, non pas la paix, mais l’épée (…) Oui les ennemis de l’homme
seront ceux de sa propre maison. » Mat. 10:34 à 36.

Un peu avant, au verset 16, 21 et 22, il dit à ses disciples :

« Voici je vous envoie comme des brebis au milieu des loups ; montrez-
vous donc prudents comme des serpents, mais inoffensifs comme des
colombes. D’autre part, le frère livrera son frère à la mort, et le père
son enfant, et les enfants se dresseront contre les parents et les
feront mourir. Et vous serez les objets de la haine de tous à cause de
mon nom… »

Où est l’instigation à la guerre ? Il est facile de comprendre que cette
prophétie du Christ concernait la division familiale que susciterait la
conversion au christianisme. Les prophéties du Christ étant infaillibles,
puisque venant de Dieu, on peut s’attendre à son plein accomplissement
lorsque de nombreux musulmans voudront quitter leur religion,
conformément à la demande de Dieu en Apocalypse.

Que des parents tuent leurs enfants à cause d’un choix religieux, ou qu’un
frère tue sa sœur pour la même raison, était difficilement concevable sous la
domination romaine. Pourtant, malgré les avancées éthiques de la société
humaine, cette prophétie se réalise. Si elle a été inspirée par Dieu et
considéré comme un acte mauvais, extrêmement violent, peut-on croire que
celui qui a recommandé ces meurtres ait été inspiré par le même Dieu ?

Lorsque Jésus demanda à ses disciples de s’acheter une épée, ce fut le soir
même de son arrestation. Personne n’avait eu le temps de le faire. Il voulait
seulement s’assurer qu’il y en aurait au moins une, afin les mettre face à la
réalité pour mieux faire graver le message. Ainsi dit-il à Pierre, lorsque celui-
ci dégaina son épée :

« Remets ton épée à sa place, car tous ceux qui prennent l’épée périront
par l’épée. »

Jésus savait dès le début qu’il allait être mis à mort. C’était l’un des leitmotivs
de son enseignement. Il savait seconde après seconde l’imminence de son
arrestation. S’il voulait s’y opposer à tout prix, il avait encore le choix de
fuir.

Si Jésus prêchait la résistance armée, comme certains le disent, pourquoi s’y
serait-il pris si tard ? On ne fait pas une révolution avec deux épées et deux
ou trois disciples aux mains nues en train de dormir. Pourquoi le principal
concerné ne s’était-il pas lui-même procuré une épée ? Si ses disciples
l’avaient compris comme un appel à s’armer, ils auraient conservé dans leur
enseignement et dans leurs actes cette idéologie guerrière, comme certaines
religions d’aujourd’hui la prônent.

Lorsque Jésus et ceux qui étaient avec lui chassaient les marchands du temple
et renversaient leurs tables, cela pouvait ressembler à de la violence, mais ils
ne mirent en danger la vie de personne. Cela pouvait être tout simplement
un acte d’intimidation. Rien ne prouve qu’il ait réellement frappé quelqu’un
avec une corde au point de le blesser.