Analogie entre les deux Babylone


Pourquoi Dieu a-t-il comparé la prostituée spirituelle chevauchant la bête
écarlate, à la Babylone antique ? C’est à cause de leur ressemblance.

50

1- L’antique Babylone avait pour habitude de déporter des peuples et de les
retenir en captivité. La Bible déclare que la Babylone religieuse de notre
temps ferait de même à l’égard de ceux qui veulent la quitter. Les moyens
utilisés sont parfois de faux enseignements et de fausses promesses, lorsqu’il
ne s’agit pas de vraies menaces de mort.

2- En second lieu, Babylone a causé pendant son apogée beaucoup de
souffrance parmi les peuples. La prostituée spirituelle en fera de même en
étant l’instigatrice de la plus grande guerre que la terre aura connue. Cette
guerre est appelée dans l’Apocalypse « La coupe ». Ce sera la conséquence de
son implication dans le monde politique et militaire.

3- L’antique Babylone a été détruite par une coalition de nations, composées
de perses, de mèdes et d’autres peuples. La prostituée aussi sera anéantie par
une coalition de forces armées, parmi lesquelles les dix cornes.

4- Babylone se sentait en sécurité grâce à la protection que lui procuraient
ses différents cours d’eaux, par le nombre de ses habitants. La prostituée est
animée par ce même sentiment de sécurité que lui procurent la bête (des
eaux tumultueuses) et le nombre important de ses adeptes.

5- Dieu a choisi le terme « Babylone » pour montrer qu’il serait difficile de
sortir de cette ville spirituelle, démoniaque, et trompeuse. Le terme
« Babylone » a une connotation religieuse. Babylone signifie « porte de
Dieu ».

Parlant de la prostituée, la prophétie de l’Apocalypse déclare : « Car par tes
pratiques spirites, toutes les nations ont été égarées. » Apo. 18: 23.

Dieu n’est qu’un prétexte pour l’adoration d’images sculptées et de déesses.
L’aspect trompeur de cette ville symbolique est caractérisé par des mélanges
contre-nature : la religion, qui se veut d’inspiration divine avec la politique
et le militarisme, l’unicité de Dieu avec l’enseignement de la trinité et la
pratique de l’idolâtrie.

Apocalypse 18 dit encore que Babylone « est devenue une habitation de
démons, et un repère de toutes émanations impures, et un repère de
tout oiseau impur et haï. »

Ces avertissements ne sont pas à prendre à la légère. La plus grande victoire
de Satan est de se servir de la religion pour orienter le zèle et l’amour que les
gens ont pour Dieu dans le sens de ses propres intérêts violents, à travers des
croisades et d’autres actes de ce genre qu’ils appellent « guerres saintes ».

« Tuez ! Tuez ! Tuez au nom de Dieu ! Sanctifiez-vous dans le sang des
autres, dans leurs douleurs, dans leurs détresses ! Plus vous en tuez,
plus vous prouverez votre foi en Dieu et plus votre récompense sera
grande dans le ciel, peu importe si vous y laissez la vie, une récompense
vous attend ».

C’est l’idée que véhicule le Diable par le biais de ses agents humains, qu’il fait
passer pour des messagers de Dieu. Une religion qui est née dans la guerre et
la violence, qui s’est propagée grâce à la guerre et la violence et qui les
présente comme un moyen de salut, ne peut en aucun cas plaire à Celui qui
a inspiré le livre de l’Apocalypse.

Dieu a tellement en horreur le mélange de ce qui doit être considéré comme
sacré et le monde politique et militaire de Satan, qu’Il le qualifie de
prostitution spirituelle et de relation immorale dont la finalité a été versée
dans une coupe et donnée à boire aux nations (à voir Apocalypse 17:4, 5 et
Apocalypse 18:4).