Mahomet était-il le Prophète annoncé par Esaïe ?

Isaïe a-t-il prophétisé la soi-disant rencontre de Mahomet avec l’ange Gabriel
dans la caverne de Hira ? Pour certains musulmans, il n’y a aucun doute à ce
sujet. Mais alors, comment peuvent-ils en être convaincus s’ils croient que les
livres prophétiques ont été falsifiés ? Prendraient-ils de la Bible ce qui leur
plait et rejettent-ils le reste ? Mais si les prophéties échappent à cette
accusation, pourquoi sont-elles interdites également ?

Pourquoi continuent-ils à prêcher la falsification des textes auxquels ils font
référence ? Parce que ces versets s’inscrivent dans la droite ligne de ce qu’ils
veulent amener les autres à croire. Si ce n’est pas le cas, ils sortent l’arme
fatale : la falsification ! C’est aussi un bouclier que rien ne peut percer. Lisons
cette prophétie d’Isaïe 29 :

9) « Soyez stupéfaits et étonnés ! Fermez les yeux et devenez
aveugles…

10) Car l’Eternel vous a plongés dans un profond abrutissement : Il a
bouché les yeux des prophètes, il a mis un voile sur vos têtes, les
voyants.

11) La révélation de ces événements vous est resté aussi étrangère que
les mots d’un écrit scellé que l’on donne à un homme qui sait lire, en
disant : « Lis donc, ceci ! » Et qui répond : « Je ne le puis, car l’écrit est
scellé ».

12) « Ou comme un livre que l’on donne à un homme qui ne sait pas lire,
en disant : « Lis donc cela ! » Et qui répond : « Je ne sais pas lire. »

13) Le Seigneur dit : « Quand ce peuple s’approche de moi, il m’honore
de la bouche et des lèvres, mais son cœur est éloigné de moi. Et la
crainte qu’il dit avoir pour moi, n’est qu’une tradition humaine, une leçon
apprise.

14) C’est pourquoi je vais étonner encore ce peuple par des prodiges et
des miracles, et la sagesse de ses sages sera mise en échec, et
l’intelligence de ses hommes sera prise à défaut. »
Le Coran reconnaît Isaïe comme un grand prophète. Mais cette prophétie
était loin de faire l’éloge des prophètes et des savants. Elle s’adressait à la
génération du Christ où les docteurs de la loi, malgré leur savoir, n’avaient
pas pu discerner à travers les prophéties et les miracles opérés par Jésus qu’il
était bien le Messie.

En cette époque-là, les pharisiens faisaient des reproches aux disciples de
Jésus qui prenaient des repas sans se laver les mains. Cependant ces règles de
sanctification, aussi bonnes soient-elles venaient de Moïse, et leur observance
n’était pas apte à assurer leur survie dans le royaume de Dieu. Revoyons le
contexte en Matthieu 15 :

1) « Alors des Pharisiens et des scribes de Jérusalem vinrent vers
Jésus, disant :
2) « Pourquoi tes disciples passent-ils outre à la tradition des hommes
d’autrefois en ne se lavant pas les mains au moment de prendre un repas
?
3) En réponse il leur dit…
7) « Hypocrites, Isaïe a prophétisé avec justesse vous concernant,
quand il a dit : « Ce peuple m’honore des lèvres, mais son cœur est
éloigné de moi. C’est en vain qu’il continue à me rendre un culte, car ils
enseignent des préceptes qui sont des commandements d’hommes. »

Jésus a montré par-là que cette prophétie s’appliquait bien à ceux qui étaient
versés dans la loi de Moïse, mais qui, malgré leur immense connaissance et
leur grande sagesse, n’ont pas pu discerner qu’il était le Messie.

Les gens qui veulent voir dans cette prophétie l’arrivée d’un prophète, nous
mentent. Ils cherchent la moindre occasion pour justifier des mensonges. Ils
n’appliquent à Mahomet que la partie qui va dans le sens de leurs idées ; car
cette prophétie est loin de faire l’éloge des prophètes.