Points de vue de scientifiques concernant ces faux miracles du Coran


Certains grands scientifiques, invités dans des colloques en Arabie Saoudite,
et dont les vidéos continuent de circuler sur internet, ont été payés, pour
orienter leur conclusion dans le sens de vérités scientifiques qu’on aurait
trouvées dans les pages du Coran. Ils ont été invités dans ce but lorsqu’ils
n’étaient pas de confession musulmane. C’est le cas de Keith Moore dont on
a découvert que son étude était fortement financée par des Cheikh.

A propos de ces prétendues découvertes scientifiques, Nidhal Guessoume,
astrophysicien ayant travaillé deux ans à la NASA, musulman croyant,
enseignant à l’université des Emirats, déclare au cours d’une interview au
sujet de ceux qui voient des miracles dans le Coran :

« …qu’il n’y a aucun exemple solide que pourraient présenter les
défenseurs de cette théorie (…) Il y a énormément d’exemples, mais
beaucoup, beaucoup…, la plupart sont carrément ridicules, dérisoires.
Deux ou trois qui, plus ou moins semblent impressionner les gens et
tenir un peu la route.

« Lorsqu’on les examine, on voit qu’il n’y a rien dans ces exemples qui
prouverait qu’il y aurait des connaissances dans le Coran et dans la
Sounna (…) qui n’étaient pas connues des humains durant ce temps-là. Et
lorsqu’on regarde, il n’y a aucun exemple qui tient dans cette définition
ou ce critère. »

Il poursuit : « Deuxièmement (…) c’est une théorie qui est, à mon sens,
religieusement dangereuse, parce qu’elle dit aux gens que l’on peut
retrouver de la science dans le Coran, alors que ce n’est pas l’objet du
Coran…, qu’il y aurait des versets à sens univoque, c’est-à-dire précis.

« Des termes seraient alors figés, parce qu’ils veulent dire un neutron
et pas autre chose, qu’ils veulent dire subatomique, ou ils veulent dire
gène, ils veulent dire etc., etc., et on nous a sorti tous ces exemples. Et
ce n’est carrément pas possible pour ceux qui comprennent, ne serait-ce
qu’un peu la nature et le but du Coran, qui est beaucoup plus flexible, qui
est beaucoup plus interprétatif. Etc.

Il rejette cette théorie, parce que, dit-il, « Cela obnubile aujourd’hui les
musulmans en leur faisant croire que la science qui existe ailleurs, qui
est censée être méthodique, qui est censée avoir toute son approche
systématique, expérimentale, empirique, théorique, etc., qu’on n’a pas
besoin de tout cela, et qu’on peut simplement regarder dans le Coran et
trouver ce genre de vérité scientifique. Puis, il conclut : « Pour toutes
ces raisons, cette théorie, je pense, est non seulement nulle, mais
dangereuse. »