D’autres sources apocryphes de certains récits du Coran

En outre, sourate 3:49 raconte que Jésus fabriqua un oiseau de glaise, souffla
dessus et l’oiseau s’envola. Encore une fois, aucun des évangiles n’a fait
mention de ce miracle. Mais comme par hasard, on trouve ce récit dans le
livre apocryphe de Thomas. Ce livre raconte que Jésus, alors âgé de 5 ans,
façonna 12 oiseaux de glaise, puis tapa dans ses mains et les 12 oiseaux
prirent leur envol. De nombreux autres récits bibliques du Coran ne se
trouvent que dans des livres apocryphes qu’on pouvait trouver du temps de
Mahomet.

Il fallait opérer un tri dans tous ces livres et rejeter ceux qui contenaient des
histoires fantaisistes, ou ceux qui ne concordaient pas avec les livres qui ont
été authentifiés comme étant véridiques. Les auteurs du Coran ont puisé aux
mauvaises sources. Pour pallier cela, il ne leur restait plus qu’à accuser les
chrétiens et les juifs.

En sous-titre : « Le Coran et les livres apocryphes », on peut lire sur
Wikipédia :

« Le Coran partage avec les apocryphes chrétiens de nombreuses
scènes de la vie de Marie et d’enfance de Jésus :

La consécration de Marie dans sourate III, la famille
de l‘Imran 31, et le proto-évangile de Jacques,

La vie de Marie au temple dans sourate III, la
famille de l‘Imran 32, et la sourate XIX, … et le proto-évangile de
Jacques, Imran,

Le tirage au sort pour la prise en charge de Marie
dans la sourate III, la famille de l’Imran, 39 et le proto-évangile
de Jacques,

La station sous un palmier de la sourate XIX, Marie,
23 et l’Evangile du pseudo-Matthieu, …

Jésus parle au berceau dans la sourate III, la famille
de l’Imran, 41 et la sourate Marie, 30 et l’Evangile arabe de
l’Enfance,

Jésus anime des oiseaux en argile dans la sourate
III, la famille de ‘Imran, 43 et la sourate V, La Table 110, et
l’Evangile de l’Enfance selon Thomas…»



Du temps de Mahomet et des califes, il était plus facile de trouver des
manuscrits apocryphes que de tomber sur une Bible authentique. Ces récits
du Coran tirés des apocryphes bibliques ont-ils vraiment été dictés par l’ange
Gabriel ? C’est à croire que celui-ci ne puise ses récits que dans des livres
apocryphes. Or, certains de ces récits sont, de toute évidence, faux. Quel
intérêt auraient les chrétiens à cacher, par exemple, que Jésus ait transformé
un oiseau d’argile en une vraie volaille vivante ?