Apocalypse, livre certifié de Dieu ?


Le livre prophétique de l’Apocalypse concerne notre génération. Aucun
catholique avant le vingtième siècle ne pouvait le comprendre. Aujourd’hui
encore, pour 98 % d’entre eux ce livre reste un mystère. Ils ne peuvent
l’interpréter avec justesse. Dans quel but les chrétiens auraient-ils falsifié la
Bible, sachant que Dieu a formellement interdit de retrancher ou d’ajouter
quoi que ce soit à sa parole ?

Qu’on intervienne dans ces prophéties, ou qu’on écrive un livre qui les
contredit et le rejette, on tombe sous le coup de ces châtiments divins. C’est
ce que fit Mahomet en écrivant le Coran. Comment les prophéties de
l’Apocalypse auraient-elles pu se réaliser si elles avaient été falsifiées ?
Pourquoi Mahomet rejeta-t-il même ce qui est bon ?

Le rouleau d’Esaïe trouvé à Qumran date entre 200 à 300 ans avant J.-C., il
est identique au livre d’Esaïe que nous lisons aujourd’hui et à celui que Jésus
lisait dans le temple. Pourquoi est-il rejeté aussi par Mahomet ?

Imaginons que vous soyez de retour chez vous après une journée de travail
et que votre voisin affirme qu’il est entré dans votre maison et qu’il a jeté
votre immense panier rempli de fruits sous prétexte qu’ils étaient pourris et
donc inconsommables. Cependant, en regardant la vidéo vous apercevez
qu’il jetait des fruits parfaitement bons, beaux et savoureux, lui feriez-vous
confiance ? Diriez-vous qu’il est animé de bonnes ou de mauvaises
intentions ?

Le fait que Mahomet rejetât le livre de l’Apocalypse et tous les autres livres
prophétiques, qui sont des paroles incontestées de Dieu et qu’il interdît leur
lecture, est la preuve qu’il était dans le camp opposé à celui qui a inspiré ces
livres, c’est-à-dire Dieu. Mais le savait-il lui-même ? Il ignorait probablement
qui guidait ses lèvres pour dicter des propos qui s’opposent au dessein de
Dieu et à sa parole. Il est un ennemi déguisé de la vérité.

On se demande bien pourquoi Mahomet et certains musulmans
d’aujourd’hui donnent leur priorité à des récits extravagants du Coran tirés
des livres apocryphes, plutôt qu’aux prophéties de l’Apocalypse donnée à
Jean par un ange ? Pourtant leurs accomplissements peuvent facilement se
vérifier à notre époque. Le problème, c’est qu’ils jugent avec le cœur et un
esprit partisan et non avec sagesse.

Celui qui veut faire ressortir le mal chez l’autre y parvient toujours. Ainsi, un
certain H. Deedat s’est servi de I Jean 5:7 pour confondre un prêtre
catholique et montrer à la foule que la Bible a été falsifiée. En effet, il a pu
trouver une ancienne bible Crampon, les premières versions où se trouve ce
texte, disant : « dans le ciel : le Père, le verbe et l’Esprit ; et ces trois sont
un ». Il a montré à la foule que ce texte ne se trouve pas dans une autre
Bible. Sa conclusion est : la Bible est falsifiée. L’auditoire a été convaincu et
applaudissait à tout rompre, car il ne connaît pas l’histoire de ce texte.

Ces personnes profitent de l’ignorance de la majorité des gens pour les
induire en erreur. Celui qui veut faire ressortir le bon côté des choses dira
que cette tentative de falsification n’a pas pu réussir. En effet, dès qu’il y a un
original et que d’autres personnes peuvent s’y référer, la falsification devient
impossible. Il en était de même pour la Torah. Le but de ces djihadistes
verbaux, c’est de nous garder dans l’ignorance, loin d’un autre enseignement
auquel nous pourrions croire.

Bien entendu, on peut toujours se poser des questions sur la Bible, telles
que : « pourquoi il y a-t-il différentes bibles ? » « Pourquoi certaines
bibles ne contiennent pas le même nombre de livres ? » En réalité, il n’y a
pas différentes Bibles, ce sont les versions qui diffèrent. Les traducteurs
utilisent des vocables différents, ils ne s’expriment pas en employant les
mêmes termes. Certains peuvent même volontairement traduire de manière
erronée un texte biblique pour prouver la doctrine de la trinité. Mais
d’autres chrétiens attachés à la vérité restent vigilants pour dénoncer ces
erreurs volontaires.