COMMENTAIRE BIBLIQUES GRATUITS SUR GENÈSE

Versets extraits de la Bible de J. N. Darby.

CHAPITRE 1:1-13

La création

1. La création de l'univers

La parole créatrice : v.1

1 Au commencement Dieu* créa les cieux et la terre.
— v. 1 : "en hébreu" : Élohim, ("pluriel d"’Éloah, le Dieu suprême), la Déité, "dans le sens absolu".


La Bible s'ouvre sur une scène pleine de grandeur et de majesté. La description simple mais précise de la formation de toutes choses par le Dieu créateur, Elohim (Père, Fils et Saint-Esprit),est une page remarquable de sobriété. Les hommes ont échafaudé nombre de théories sur la création, mais ils ne peuvent entrer dans le secret de Dieu. L'univers ne livrera jamais son message à ceux qui refusent le canal de la révélation divine et de la foi pour le saisir. La foi seule peut comprendre que les mondes ont été formés par la parole de Dieu (Héb.11:3). "Les cieux ont été faits par la parole de l'Éternel...car il dit, et la chose arrive; il ordonne et elle existe" (Psaume 33:6,9)Toutes chose furent faites par la Parole de Dieu (Jean 1:3). La certitude de leur origine est ainsi parfaitement établie pour le croyant.

Le sens de la création

L'univers sans Dieu n'a pas de sens. L'homme s'ennoblit lorsqu'il entre, par les choses créées, dans la connaissance de Celui qui les a formées pour sa gloire. Tout ce qui est sorti des mains du Créateur respire ordre, harmonie et stabilité; et l'immuable précision des lois qui régissent l'univers est marquée du sceau divin.

Au verset 1, Dieu crée (en hébreu bara : il appelle les choses hors du néant). Ce chapitre nous montre sa puissance créatrice s'exerçant en trois temps : la création de la matière (v.1), la création de la vie (v. 12, 21), et la création de l'homme (v.27).

Les astres : v.1

Comme on déploierait le rouleau d'un livre, Dieu "déploie les cieux", selon une expression souvent reprise dans la Parole (Esaïe 45:12; Zach. 12:1). Il réalise son dessein, compose d'innombrables galaxies formées chacune de milliards d'étoiles. Le Créateur "les appelle toutes par leur nom...pas une qui fasse défaut." (Esaïe 40:26). Il fixe à chacune sa place, sa mission, sa durée de vie. Tout cet univers en mutation permanente vit, meurt, revit, comme un message divin continu.

En vérité, les cieux racontent la gloire de Dieu (Psaume 19:1). Et le croyant, contemplant le firmament au cours d'une nuit étoilée, est confondu de ce que l'Auteur de ces infinis ait daigné s'occuper un jour de l'homme. Il a préparé une demeure plus glorieuse encore pour ceux qui l'aiment (1 Cor. 2:9).

La terre formée pour l'homme : v. 1, 2

1 Au commencement Dieu* créa les cieux et la terre.
v. 1 : "en hébreu" : Élohim, ("pluriel d"’Éloah, le Dieu suprême), la Déité, "dans le sens absolu".

2 Et la terre était désolation et vide*, et il y avait des ténèbres sur la face de l’abîme. Et l’Esprit de Dieu planait sur la face des eaux.
— v. 2 : le vide.

 

La terre est minuscule dans cette immensité astrale, mais elle est précieuse au coeur de Dieu. Elle sera le lieu où son Fils bien-aimé viendra dans un corps d'homme, pour souffrir, mourir, puis régner en gloire dans l'avenir.

Entre les deux premiers versets de notre chapitre peuvent se situer les âges géologiques; la terre est modelée par la main divine, et l'homme trouvera les trésors minéraux que Dieu a placés dans son sol. La terre était donc désolé et vide. Cependant Dieu, qui l'avait couverte de l'abîme comme un vêtement (Psaume 104:6), ne l'avait pas formée pour être vide d'habitants (Esaïe 45:18), mais pour "créer l'homme sur elle" (Esaïe 45:12). L'intérêt du Créateur pour la sphère qu'il destine à l'habitation de l'homme n'est-il pas souligné dès le second verset : "L'Esprit de Dieu planait au-dessus des eaux. Tout ce qui va se réaliser là prouve à tout esprit droit l'existence éternelle et la divinité du Créateur (Romains 1:20).
L'Éternel a fait en six jours les cieux et la terre (Exode 20:11). Ils étaient créés; ils sont maintenant façonnés à partir d'un état de désolation. Dieu y trouvera son propre repos et l'homme une sphère de domination. Mais celui-ci va tout gâcher. Le désordre moral introduit par l'homme va conduire Dieu à se remettre au travail, pour établir un ordre de choses où il pourra se reposer à nouveau. Ce sera pour lui un temps de rafraîchissement, celui du rétablissement de toutes choses (Actes 3:19-21). Et l'homme Christ Jésus dominera sur une création renouvelée.


Le premier jour : Les ténèbres et la lumière : v. 3-5

3 Et Dieu dit : Que la lumière soit. Et la lumière fut.
4 Et Dieu vit la lumière, qu’elle était bonne ; et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres.
5 Et Dieu appela la lumière Jour ; et les ténèbres, il les appela Nuit. Et il y eut soir, et il y eut matin : — premier* jour.
— v. 5 :" ou" : un.


Dieu précise dans ce chapitre et ailleurs qu'il a fait les cieux et la terre de maintenant en six jours, avec soirs et matins, selon des périodes définies et ordonnées. La foi croit cela et ne le discute pas. "Où étais-tu quand je fondais la terre"(Job 38:4)? demande l'Éternel à Job, un croyant déjà instruit, et celui-ci reste muet lorsque l'Éternel déploie devant lui toutes les merveilles de la création. Imitons cette humilité.

Au premier jour, Dieu, par sa Parole, fait resplendir la lumière du sein des ténèbres qui couvraient la face de l'abîme, c'est-à-dire des océans. L'écran de vapeur d'eau enveloppant la terre s'est en partie dissipé, et la lumière de ce jour permettra le développement des premières espèces végétales. Par ces faits concrets, Dieu donne un enseignement moral : là où il se manifeste, il éclaire. Puis il appelle les choses par leur nom, la lumière : jour; les ténèbres : nuit. Il sépare la lumière des ténèbres, le bien du mal, la justice de l'iniquité (2 Cor. 4:6; 6:14).


Le deuxième jour : Les cieux : v.6-8
6 Et Dieu dit : Qu’il y ait une étendue entre les eaux, et qu’elle sépare les eaux d’avec les eaux.
7 Et Dieu fit l’étendue, et sépara les eaux qui sont au-dessous de l’étendue d’avec les eaux qui sont au-dessus de l’étendue. Et il fut ainsi.
8 Et Dieu appela l’étendue Cieux. Et il y eut soir, et il y eut matin : — second jour.
Ce jour est marqué par la création des cieux atmosphériques, distincts des cieux astraux du premier verset. Les nuages de vapeur d'eau se condensent et se séparent nettement des océans du globe. Entre eux se forme l'atmosphère, essentielle à la vie végétale et animale, et à l'existence de l'homme ici-bas.


Le troisième jour : La terre et la mer. Les végétaux : v.9-13
9 Et Dieu dit : Que les eaux [qui sont] au-dessous des cieux se rassemblent en un lieu, et que le sec paraisse. Et il fut ainsi.
10 Et Dieu appela le sec Terre, et le rassemblement des eaux, il l’appela Mers. Et Dieu vit que cela était bon.
11 Et Dieu dit : Que la terre produise l’herbe, la plante portant de la semence, l’arbre fruitier produisant du fruit selon son espèce, ayant sa semence en soi sur la terre. Et il fut ainsi.
12 Et la terre produisit l’herbe, la plante portant de la semence selon son espèce, et l’arbre produisant du fruit ayant sa semence en soi selon son espèce. Et Dieu vit que cela était bon.
13 Et il y eut soir, et il y eut matin : — troisième jour.

Dieu parle deux fois ce jour-là. Il prépare sur la terre une "partie habitable" en repoussant avec autorité les flots de la mer, en imposant des limites aux océans (Job 38:11; Prov. 8:29; Jér. 5:22); les montagnes sont établies sur leurs bases (Ps. 65:6; 104:8; Esaïe 40:12). A la parole de Dieu, sur un sol fertile, pousse une végétation admirable dans ses moindres détails. Tout est régi selon un ordre divin, "selon son espèce", et se développe : la semence, la plante, le fruit; tout est soutenu par la parole de sa puissance (Héb. 1:3). La sagesse divine produit cette même harmonie dans l'univers moral.