(article)

 

LA PIERRE A ÉTÉ ROULÉE

 

 

 

"Qui nous roulera la pierre ?" (Marc 16.3)

 

En ce matin de Pâques, des femmes cheminent, tristes et lasses, vers le jardin de Joseph d'Arimathée. Pour elles, il n'y a plus que la mort et les larmes ; elles n'ont point d'espérance. Il ne leur reste, dans un geste de douce piété, que d'embaumer le corps de celui qu'elles ont beaucoup aimé. Mais sur elles pèse un lourd souci. Que sont leurs faibles forces, pour rouler la pierre qui ferme le tombeau du Maître.

 

Aujourd'hui, ils sont nombreux ceux qui ont une pierre écrasante sur le cœur,  l'empêchant de se livrer à la joie de Pâques. Le tombeau est bien fermé et garde sa proie. Qui leur roulera la pierre ?

 

Il y a d'abord ceux que rongent les soucis de la vie matérielle. Une angoisse les étreint en pensant aux dures nécessités de cette existence. Leurs chants et leurs prières ne peuvent s'élever et retombent comme des oiseaux aux ailes brisées. Ayant levé les yeux, les saintes femmes aperçurent que la pierre avait été roulée. Il nous faut aussi lever les yeux, pour échapper à l'obsession des choses terrestres. Au-dessus de la vie matérielle, il y a une vie triomphante. Nous nous attardons souvent à nos soucis, et nous ne voyons pas la pierre roulée.

 

Il y a aussi ceux qui sont écrasés par le souvenir de leurs fautes. Leur âme alourdie par le péché ne peut prendre son envol vers le ciel ouvert. Or, "la pierre est roulée", car Pâques consacre le triomphe du bien sur le mal ; c'est la revanche sur le Vendredi Saint où l'esprit du mal semblait remporter la victoire. L'amour et la sainteté auront le dernier mot, puisque Christ est ressuscité.

 

Dieu a fait éclater sa puissance, Jésus est vivant. Levons les yeux et croyons !

 

--Auteur Inconnu