(article)

 

LA CROIX, PUISSANCE DE DIEU

(1 Corinthiens 1.18)

 

 

Avons-nous pensé un instant à la détresse des disciples, témoins muets de Golgotha ? Au soir de cette journée insensée, un seul mot traduit leur effondrement: "tout est accompli". Quelques heures plus tard, dans la clarté d'un jour naissant, la Croix a fait connaître son sens réel. Elle symbolise la puissance de Dieu.

 

Dressée sur la colline du Calvaire, la croix de Jésus a concentré sur elle la multitude des forces mauvaises qui minent notre vie. Le Messie s'est mis au rang des malfaiteurs, des maudits, résumant toute la misère humaine dans cet abaissement volontaire.

 

Mais Jésus, si accablé fut-il sous ce fardeau, s'est écrié: "Père, je remets mon esprit entre tes mains": Par cette simple parole, il déclare Dieu le Père plus puissant que les hommes. Jésus est demeuré ferme dans la foi; il a triomphé sur le Calvaire. Et depuis lors, que de conquêtes la Croix a-t-elle accomplies dans les cœurs et dans le monde!

 

Le drame de la Passion, qui se noue en Gethsémané, et qui à travers toutes les douleurs de Golgotha se dénoue au tombeau vide, fait apparaître la puissance de Dieu. Et cette puissance se manifeste par le triomphe de la foi sur le péché, la souffrance et la mort.

 

Devant la Croix, nous comprenons que Dieu ne veut pas la mort du pécheur, mais sa conversion, c'est-à-dire sa vie.

 

Devant la Croix, la réalité de la mort disparaît. Certes, la matière reste, soumise aux lois naturelles, mais l'esprit, --reflet dans l'âme humaine de la présence de Dieu-est à jamais affranchi de la destruction.

 

Devant la Croix, nos angoisses, nos découragements, nos désespoirs se dissipent; l'homme acquiert une espérance que rien ne diminue, que rien ne remplace: si Dieu est pour nous, lui qui nous a aimés au point de donner pour notre salut la vie triomphante de son Fils, qui serait contre nous ?

 

Sous le souffle de Pâques, et dans un chant de victoire, nous répétons: je ne crains rien, si tu combats avec moi !

 

--Auteur Inconnu