LA CRÉATION DU MONDE ET LA DISPOSITION DE SES ÉLÉMENTS CONSTITUTIF JUSQU'A LA CHUTE DE L'HOMME


Voir Genèse chapitres 1 a 3.


1. Au commencement Dieu a créé la Terre. La Terre était alors informe et vide. Des nuées épaisses la cachait et seul l'Esprit de Dieu la survolait. Dieu ordonna que la lumière soit et elle fut. Il sépara alors la lumière de la masse des nuées. Il appela la lumière jour et les nuées nuit, ce qu'il désigna sous les noms de jour et de nuit. Il y eut ainsi le premier soir et le premier matin, et le temps mesurable en journées de 24 heures que nous connaissons actuellement commença a s'écouler. Après il y eut le second jour. Il y créa le Paradis appelé le troisième Ciel qu'Il plaça dans une dimension intemporelle inaccessible aux hommes vivants et invisible a leurs yeux jusqu'a la consommation des siècles. Il créa aussi un firmament que nous appelons l'espace. Puis il créa une couche cristaline entourant la Terre, destinée a produire de l'humiditée de la pluie et de la rosée, couche nommée ciel ou couche d'ozone dans notre langage moderne. Le troisième jour, il sépara la terre sèche des eaux, ces dernières allant former tous les cours d'eaux allant de la plus petite source a la plus grande mer. Il rendit la partie sèche féconde apte a recevoir la vie et y planta toutes sortes de graines produisant tant herbe arbres de toutes espèces que légumes et plantes. Le quatrième jour, il a décoré le second ciel, l'espace, avec le soleil la lune et les étoiles et leurs a imprimé leurs courses, ainsi defacto débuta ici-bas le cycle des quatre saisons printemps été automne et hiver. Le cinquième jour, Il  créa les animaux nageants dans la Mer et ceux volant dans les airs, les classants par genres et espèces afin qu'ils puissent se reproduire et se multiplier. Le sixième jour, Il fit les bêtes a quatre pattes qui vont sur la terre sèche  ; Il les fit mâles et femelles afin quelles puissent procréer et foisonner sur la terre sèche. Ce jour-la Il fit aussi l'homme.  Finalement, le septième et dernier jour de La Création, Dieu se reposa de tous Ses grands labeurs. Ce jour sera ensuite connu sous le nom de Sabbat, qui signifie en langue hébraique : repos.


2. Après le repos du septième jour, Moise philosopha ainsi... Concernant la création de l'homme, il écrit que Dieu prit de la poussière du sol pour former l'homme, en qui il insuffla le souffle de vie et une âme. Cet homme fut nommé Adam, ce qui signifie en langue hébraique rouge, parce qu'il fut modelé a partir de la terre rouge. Dieu lui présenta les animaux mâles et femelles créés avant celui-ci, afin qu'il leurs donnent des noms. Dieu constata que l'homme seul n'avait point de compagne pour se reproduire et fonder une sociétée humaine. Il l'endormit, lui prit une côte de laquelle Il tira une femme. Dieu la lui présenta, Adam comprit qu'elle était issue de sa propre chair, il s'unit a elle charnellement afin qu'ils reforment a nouveau une seule chair et qu'ils puissent croître et multiplier eux aussi. La langue hébraique donne a cette femme le nom de Issa ; nos traductions bibliques la nomme Ève, ce qui signifie la mère de tous les vivants.


3. En outre, Moise dit que Dieu a fait a l'Est un jardin planté de toutes les sortes d'arbres fruitiers et d'agrément ; Il y a aussi mis deux arbres merveilleux qui ne poussent nulle part ailleurs :  l'arbre de la vie et celui de la connaissance du bien et du mal. Il y transporta Adam et Ève afin qu'ils prennent soin des arbres. Le jardin était traversé par une rivière unique qui faisait le tour de la Terre entière et divisée en quatre bras. Phison, qui signifie une multitude en langue Hindou, que nous appelons Gange. Le Tigre et l'Euphrate qui débouchent aujourd'hui dans la Mer Rouge, leurs noms signifient dispersion ou fleurs. Tiris ou Diglath, signifient étroitesse, joncs ou rapide, c'est le fleuve que nous connaissons sous le nom de Nil.


4. Dieu a ordonné a Adam et a sa femme qu'ils pouvaient manger de tous les fruits des arbres du jardin d'Éden, sauf de celui de la connaissance du bien et du mal ; car si ils en mangeait, ils en mourraient. A cette époque, l'homme et la femme comprenaient le langage des animaux. C'est ainsi que lorsque le serpent vit que Ève et son époux vivaient heureux dans le Jardin et que cela durerait éternellement, il s'approcha de cette dernière et lui parla. Il la persuada par des arguments en apparence logiques et sensés, de manger de ce fruit défendu poussant dans l'arbre interdit ; puis la femme ayant succombé convinquit son mari d'en faire autant. Le serpent leurs dit qu'ils mèneraient une vie heureuse et non inférieure a celle de dieux. Par sa malveillance, le serpent fit mépriser le commandement de Dieu a nos premiers parents. Ils prirent alors conscience qu'ils étaient nus ; ils en eurent honte et se couvrirent de feuilles de figuier pour cacher leur nuditée. Quand Dieu entra dans le Jardin pour converser avec les humains, Adam, conscient de son propre comportement indigne, alla se cacher. Dieu découvrit alors leur faute et en fut tout encoléré. IL leurs dit  qu'IL avait prévu pour eux une vie heureuse sans douleur ni maux ni vieillesse, sans douleurs de l'âme ni du corps, sans travaux pénibles et sans manque de nourritures savoureuses, sans manque de SA présence divine. IL fit comprendre que le silence de l'homme était une preuve de la mauvaise conduite de ce dernier, de sa mauvaise conscience et de l'évidence de sa désobéissance flagrante a Son commandement. L'homme parla alors et se défendit lâchement en rejetant le blâme sur la femme que Dieu lui avait donné. Celle-ci a son tour rejeta le blâme sur le serpent. Dieu décida alors de châtier les humains pour leur désobéissance, l'homme parce qu'il avait manqué de fermetée et de foi, la femme parce qu'elle était trop curieuse et faible. IL rendit le sol stéril et que désormais l'homme devrait travailler péniblement et constamment pour le rendre a nouveau fertile et pouvoir en tirer sa subsistance. Par la faute d'Ève, elle ainsi que tous les mamifères accoucheraient dans les douleurs. Les humains connaîtraient désormais les calamitées les maladies et la mort physique. IL priva le serpent de la parole ; il lui enleva ses pieds et le condamna a ramper dans la poussière ; Il lui mit du poison sous la langue et le fit ennemi héréditaire de l'homme ; IL dit que désormais les descendants de la femme auraient toujours le réflex de frapper le serpent sur sa tête d'ou tant de malice était sorti. Après avoir jeté toutes ces malédictions, il expulsa le couple fautif du Jardin paradisiaque, Jardin après lequel l'esprit atavique de la race soupire de retrouver encore aujourd'hui, le souvenir étant ancré dans nos gènes a perpétuitée pour notre plus grand désespoir !