C’est un choc de voir la détermination d’Isaac à accorder la bénédiction abrahamique sacrée à son fils à l’esprit mondain Esaü, alors qu’il tentait de dérober à Jacob ce qui lui appartenait selon la promesse de Dieu. Quelques minutes après qu’Isaac ait eu déclaré, sans s’en rendre compte (à cause de sa cécité), le droit d’aînesse relié à l’alliance à Jacob, Esaü est revenu et Isaac a compris que Dieu avait rejeté son plan désobéissant. Il a été grandement ébranlé - Dans son émotion, Isaac se mit à trembler de tous ses membres (Genèse 27:33). Il a aussitôt appelé Jacob et Rébecca et alors qu’il accordait de nouveau l’alliance abrahamique à Jacob, il a ajouté: “Que le Dieu tout-puissant te bénisse, qu’il te donne de nombreux enfants (28:3). Rébecca et maintenant Isaac étaient profondément soucieux que Jacob ait une épouse en accord avec la volonté de Dieu: “N’épouse pas une fille du pays de Canaan. Rends-toi en Haute-Mésopotamie...Epouse une femme de là-bas” (28:1-2)

Malgré qu’Isaac ait vécu 43 ans après sa tentative de priver Jacob du droit d’aînesse, en rejetant le plan de Dieu tel que prédit à Rébecca, ses dernières années ont été inutiles spirituellement. En contraste frappant, Jacob, même près de la mort, était à même de donner de merveilleuses prophéties concernant ses 12 fils telles que consignées dans le quarante-troisième chapitre de la Genèse.

Jacob a donc quitté Beér-Chéba, sans mappe et sans compagnon, pour un voyage de 500 miles au nord de la haute rivière Euphrate à destination de la Haute-Mésopotamie. La ville principale en était Haran, ville natale d’Abraham avant qu’il émigre à Canaan. La première nuit, Jacob est arrivé près de Béthel, hors de la ville (10 miles au nord de Jérusalem - environ 64 miles au nord de sa ville natale Beér-Chéba). Peut-être était-ce la première nuit de sa vie qu’il passait loin de chez lui - la première fois qu’il se couchait sur le sol avec rien d’autre qu’une pierre froide comme oreiller. Mais c’était aussi la première fois de sa vie qu’il recevait une merveilleuse révélation du Dieu d’Abraham - une assurance réconfortante des bénédictions les plus riches de Dieu sur lui. Jacob a reconnu que “...ce n’est rien de moins que la maison de Dieu” (28:17). Il a été grandement encouragé quand il s’est rendu compte qu’il était dans la présence de Dieu et dans sa parfaite volonté. Le Seigneur lui a parlé cette nuit-là: “Je suis le Seigneur, le Dieu de ton grand-père Abraham et le Dieu d’Isaac. La terre où tu es couché, je la donnerai à toi et à tes descendants...Je suis avec toi, je te protégerai partout où tu iras...je ne t’abandonnerai pas, je ferai tout ce que je t’ai promis” (28:13,15). Ceci est une confirmation du fait que le courage et le discernement de Jacob sont bénis.

Le Seigneur a soutenu Jacob dans son voyage long et plein de solitude. Et, alors qu’il entrait dans la Haute-Mésopotamie, ce n’était pas par hasard qu’il s’est approché d’un puits qui appartenait au frère de sa mère. Nous ne somme pas surpris non plus que Rachel, sa cousine, soit venue à ce puits, à ce moment précis. Imaginez combien merveilleusement Dieu a béni Jacob en le guidant vers la maison de son oncle où il a été accueilli chaleureusement. Tout se produisait selon le plan divin. Il n’y a pas d’accidents dans un monde gouverné par Dieu - pas d’événements fortuits dans la vie de ceux qu’Il a choisis ni de pertes imprévues, car Nous savons que Dieu travaille en tout pour le bien de ceux qu’il aime, de ceux qu’il a appelés selon son plan (Romans 8:28).

“Car j’ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour: ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni d’autres autorités ou puissances célestes, ni le présent, ni l’avenir, ni les forces d’en haut, ni les forces d’en bas, ni aucune autre chose créée, rien ne pourra jamais nous séparer de l’amour que Dieu nous a manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur” (Romains 8:38-39).

Le Christ révélé:En tant que Seigneur dont la présence invisible qui protège (Genèse 28:13-16).